Anguille

Anguilla anguilla

Anguilla rostrate, Anguilla japonica

Anguilla dieffenbachia


guidedesespeces.org/fr/anguille
  • Océan Atlantique, des eaux marocaines aux eaux norvégiennes
  • Mer Méditerranée
  • Mer Noire
  • Filet à mailles serrées
  • Tamis
  • Nasse et piège
  • Filet et ligne

Grossissement

  • Bassin à terre
  • Etang

 


  • Nederlands
  • English
  • Français

Dernière mise à jour : juillet 2018
 

Les anguilles sont de mystérieuses voyageuses. Elles parcourent environ 6 000 km pour rejoindre la mer des Sargasses en Atlantique Centre-Ouest. Elles s’y reproduisent et y meurent. Les larves se laissent porter par le Gulf Stream et atteignent les rivages du sud de l’Europe au début de l’hiver et ceux du nord de l’Europe plus tard dans la saison (printemps, été). En se rapprochant du plateau continental, des côtes et des estuaires, les larves se transforment en civelles avant de remonter les rivières.


En eau douce, elles prennent une couleur jaunâtre et sont alors appelées anguilles jaunes. Les anguilles passent une grande partie de leur vie dans les eaux de rivière. À la fin de leur période de croissance en eau douce, devenues alors sexuellement matures et après une ultime transformation (le ventre blanchit, le dos noircit, les yeux s’agrandissent), les anguilles devenues argentées peuvent alors entreprendre le long voyage vers leur zone de frai. À chaque étape de sa vie, l’anguille est ciblée par les pêcheurs : civelle, anguille de rivière et anguille de mer sont destinées à des marchés spécifiques.

 

Les anguilles femelles peuvent atteindre 1 mètre de long et peser plus de 3 kg. Elles atteignent leur maturité sexuelle entre 6 et 8 ans lorsqu’elles mesurent 60 cm. Les individus mâles sont plus petits : ils mesurent entre 30 et 50 cm et pèsent environ 1,5 kg. Ils atteignent leur maturité sexuelle entre 3 et 4 ans lorsqu’ils mesurent 40 cm.

 

 

Proche de l’extinction

 

La biomasse du stock européen, ainsi que son recrutement, sont actuellement à leurs plus bas niveaux historiques. L’espèce est proche de l’extinction. Le recrutement de juvéniles dans le stock de reproducteurs a diminué de 95 % entre 1970 et 2015. Les causes de la chute des populations d’anguilles sont multiples : surexploitation, pêche illégale, braconnage intensif, perte d’habitat, dégradation de la qualité des eaux (pollutions chimiques), maladies et parasites, aménagement des cours d’eau (barrages). Les modifications des facteurs océaniques (température, courant) seraient également défavorables au recrutement. L’alerte avait été donnée dès la fin des années 90 par le CIEM, qui recommande que tous les impacts anthropiques, dont la pêche, soient ramenés à des niveaux aussi bas que possible.

 

L’anguille est inscrite à l’Annexe II de la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et flore sauvages menacées d’extinction) depuis mars 2009. Le commerce international des espèces inscrites à l’Annexe II est autorisé mais strictement réglementé.

 

En décembre 2010, a été décidée l’interdiction d’exportation d’anguilles hors UE (les échanges entre pays membres ne sont pas considérés comme exportation).

Seuls des échanges intracommunautaires sont possibles.

 

 

 

Gestion des stocks d'anguille en Europe

En septembre 2007, le Conseil des ministres de l’UE a voté un règlement (EC/1100/2007) instituant des mesures qui avaient pour objectif la reconstitution de la biomasse des géniteurs et un taux d’échappement vers la mer d’au moins 40 % de la biomasse d’anguilles argentées.

Fin 2008, les États membres ont communiqué leurs plans de gestion contenant les mesures de réduction des principaux facteurs de mortalité et d’amélioration des conditions environnementales. L’un des objectifs du plan de gestion français était de réduire la mortalité par pêche de 60 % entre 2008 et 2015. La France a transmis en juin 2015 son rapport de mise en oeuvre du plan de gestion qui présente :

 

• les dispositifs mis en oeuvre (échappement des anguilles argentées, réduction de la mortalité liée à la pêche et hors pêche, niveau des captures d’anguilles de moins de 12 cm),

• les résultats obtenus (chute du taux d’exploitation des civelles de 73 % : le nombre d’autorisations de pêche a diminué de 44 % et les captures ont été réduites de 56 %) ainsi que leurs limites et les perspectives d’amélioration et de travail jusqu’en 2018. La pêche à l’anguille est désormais réglementée au niveau local en matière d’engins de capture (tamis calibré), par l’attribution de licences de pêche et par les dates d’ouverture et de fermeture de la saison de pêche

.

Malheureusement, malgré ces efforts, le niveau de biomasse du stock européen n’a pas augmenté. En 2018, face à une nouvelle situation d’alerte, et afin de renforcer les mesures déjà prises par les États membres, le Conseil de l’UE a décidé d’instaurer une fermeture temporaire de pêche de trois mois consécutifs, entre le 1er septembre 2018 et le 31 janvier 2019, période de migration durant laquelle l’anguille est la plus vulnérable. Les États membres se sont par ailleurs engagés à accroître leurs efforts pour lutter contre la pêche illégale sur cette espèce.

 

La Belgique importe 650 tonnes par an pour sa consommation dont la moitié d’anguilles vivantes mises en grossissement.
Le plan de gestion de l’anguille en Belgique est constitué de 3 points principaux :

 

• lutter contre le braconnage et la pêche illégale,

• repeupler les rivières,

• assurer une migration libre des anguilles vers l’océan.

 

Le gouvernement belge préconise une consommation d’anguille une fois par mois maximum, en raison du taux élevé de PCB dans les eaux côtières. 

 

 

Sous plusieurs formes pour différents marchés

• Les civelles ou pibales sont appréciées dans les régions de production (estuaire de la Gironde, estuaire de la Loire) mais la très forte demande des marchés espagnol et asiatique, accompagnée de prix très élevés, a tendance à réduire l’offre locale.

• Une partie de la production française des civelles prend la direction de l’Espagne, pays grand consommateur.

• Les anguilles adultes sont principalement commercialisées vivantes ou fumées (à chaud), grande spécialité du nord de l’Europe. En Belgique, les « anguilles au vert » cuisinées avec une grande variété d’herbes vertes sont appréciées et dégustées en particulier au moment du festival annuel de l’anguille (lors du week-end de la Pentecôte).

 

 

 

À RETENIR

  • Le stock d’anguilles européennes ne se situe plus dans les limites biologiques de sécurité. L’espèce est menacée de disparition. Suspendez vos achats.
  • Malgré les programmes de sauvegarde menés depuis 2007, il n’y a eu aucune amélioration de l’état de la ressource. Le recrutement de juvéniles dans le stock de reproducteurs a diminué de 95 % entre 1970 et 2015.
  • Il existe sur le marché des succédanés de civelle, fabriqués à partir de surimi.
  • Dans sa version fumée, l’anguille peut être remplacée par du hareng, ou de la truite.
  • L’anguille est classée dans les espèces en danger critique d’extinction par l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

À SAVOIR

Civelles en grossissement

Dans les années 60, les captures européennes de civelles s’élevaient à environ 500 tonnes par an ; les prises d’anguilles adultes en rivière étaient estimées à 20 000 tonnes et celles dans les eaux côtières à 5 000 tonnes. Pour l’Europe entière, ces forts prélèvements ont été l’une des causes, mais pas la seule, de l’effondrement du stock en deçà du seuil de renouvellement des populations. Si le grossissement des anguilles est pratiqué en Asie depuis le milieu du XIXe siècle, il a fallu attendre le XXe siècle pour voir les premiers élevages à vocation commerciale s’implanter en Europe, notamment en Italie. À ce jour, on ne sait pas encore faire reproduire des anguilles en captivité, mais le grossissement de civelles est parfaitement maîtrisé. La technique de recirculation de l’eau (circuit fermé en bassin à terre) permet d’avoir des exploitations performantes dans des pays moins chauds tels que les Pays-Bas, le Danemark et la Suède. Presque la moitié des anguilles européennes d’élevage issues du grossissement sont produites aux Pays-Bas.