Crevettes tropicales ou Gambas

Penaeus vannamei

Penaeus stylirostris

Penaeus monodon / Penaeus subtilis


guidedesespeces.org/fr/crevettes-tropicales-ou-gambas
  • Zones tropicales et subtropicales de tous les océans

  • Filet
  • Chalut de fond
  • Casier
  • Bassin

 


  • Nederlands
  • English
  • Français

Dernière mise à jour : juillet 2018

 

Les crevettes tropicales ont supplanté les crevettes des mers du Nord sur les tables des consommateurs du fait essentiellement d’une démocratisation du prix. Par ordre d’importance, en termes de volumes commercialisés sur nos marchés, nous trouvons :

 

• Penaeus vannamei, crevette blanche d’élevage, importée d’Amérique du Sud et d’Asie du Sud-Est ;

• Penaeus stylirostris, élevée en Nouvelle-Calédonie ;

• Penaeus monodon, ou crevette tigrée, de pêche ou d’élevage, originaire de l’océan Indien et d’Asie ;

• Penaeus subtilis, crevette de pêche capturée dans les eaux d’Amérique du Sud, sur le plateau guyanais ;

• Xiphopenaeus kroyeri, que l’on trouve en Atlantique Ouest central ;

• Parapenaeus longirostris, espèce capturée principalement en Méditerranée (également présente en Atlantique) très prisée ;

• Penaeus latisulcatus, de l’Est de l’océan Indien et Pacifique Ouest.

 

De pêche ou d’élevage

Crevettes de pêche

La pêche de Penaeus subtilis sur le plateau guyanais est soumise à un quota fixé à 1 500 tonnes en 2016 mais débarque autour de 700 tonnes par an. En effet, au cours des dernières années, le stock s’est caractérisé par une forte baisse du recrutement et de la biomasse des reproducteurs. La pêche ne serait pas la cause principale de cet effondrement, les conditions environnementales n’y seraient pas étrangères (augmentation de la température moyenne des eaux, changements hydroclimatiques avec modifications du régime des vents). 

 

La capture des crevettes tropicales de pêche est caractérisée par des prises accessoires très importantes de poissons, de mammifères marins et de tortues. Certaines pêcheries mettent en place des outils visant à réduire ces dommages sur la faune marine. En particulier, des filets permettant l’échappement des tortues ont été développés en Guyane. 

 

Crevettes d’élevage

 

• Penaeus monodon est élevée à l’origine dans l’océan Indien et en Asie. Un élevage est certifié Agriculture Biologique à Madagascar. Le Vietnam produit encore  P. monodon dans la région du Delta du Mekong. Même s’il convient de ne pas associer des pratiques d’élevage à un pays ou une région, une vigilance toute particulière doit être apportée aux crevettes du Bangladesh, Thaïlande et d’Indonésie où de nombreuses ONG dénoncent des impacts environnementaux et sociaux négatifs importants.

 

Élevage de crevettes à Madagascar.

 

• Penaeus stylirostris est élevée en Nouvelle-Calédonie et se retrouve essentiellement sur le marché local. En 2016, 24 587 tonnes de crevettes du genre Penaeus ont été importées en Belgique. Les trois quarts de ce volume (18 800 tonnes) ont été exportés à nouveau après transformation.

 

 

 

À RETENIR

  • La consommation de crevettes a fortement augmenté au cours de ces dernières années, avec l’arrivée massive de crevettes d’élevage à prix modique. 
  • Les conditions de production de pêche et d’élevage varient grandement d’une exploitation à une autre, du point de vue de la durabilité.
  • Le stock de Penaeus subtilis (au large de la Guyane) subit actuellement des conditions environnementales défavorables. Les prises accessoires sont en baisse suite à l’adoption de dispositifs sélectifs mais peuvent rester ponctuellement élevées. Sa consommation est à éviter.
  • Six pêcheries de crevettes tropicales sont certifiées MSC. Une pêcherie du Suriname (Xiphopenaeus kroyeri), une pêcherie du Chili (Heterocarpus reedi) et quatre pêcheries australiennes : trois dans l’océan Indien (Penaeus latisulcatus) et une dans le Pacifique ( enaeus esculentus, Penaeus merguiensis, Metapenaeus endeavouri, P. semisulcatus, P. indicus, M. ensis).
  • Pour vos achats de crevettes d’élevage, demandez des informations sur les conditions de production à votre fournisseur. A noter l’offre croissante de crevettes certifiées AB (Agriculture Biologique).

 

À SAVOIR

L’élevage de crevettes se pratique principalement en zones tropicales et subtropicales, en bassin à terre. Sur nos marchés, 90 % (en valeur) des crevettes consommées proviennent d’élevage. Les pratiques d’élevage sont, d’un point de vue environnemental, très variables selon les exploitations.

La crevetticulture peut être responsable de destruction massive de mangroves (biotope essentiel au maintien de la biodiversité littorale), de stérilisation des zones occupées, de pollution et de gaspillage de l’eau douce (ressource rare dans de nombreuses régions tropicales). Dans certains cas, cette industrie est à l’origine de profonds déséquilibres sociaux. Toutefois, la prise de conscience environnementale se développe et certaines productions sont issues d’entreprises soucieuses de développement durable.

Certaines arborent le label AB (certification Biologique) qui garantit une production selon les normes du cahier des charges du ministère français et de l’Union européenne. La crevette de Madagascar en est un bon exemple.