Plie ou Carrelet

Pleuronectes platessa


guidedesespeces.org/fr/plie
  • Atlantique Nord-Est, du nord de la Norvège au Maroc
  • Chalut de fond
  • Chalut à perche
  • Filet maillant
  • Trémail

 


  • Nederlands
  • English
  • Français

Dernière mise à jour : juillet 2018

 

De la famille des poissons plats, la plie, aussi appelée « carrelet », est un poisson benthique qui passe une grande partie de sa vie sur les fonds sableux ou vaseux. Le marché européen est approvisionné par des plies provenant de plusieurs stocks distincts. Parmi les principaux, citons ceux de la mer du Nord-Skagerrak et de Manche Est. 

 

En Belgique, la plie est de toute première importance.  Elle est la principale espèce pêchée, représentant entre 25 % et 36 % des débarquements du pays (entre 5 000 et 9 000 tonnes selon les années [2008-2016]). En 2016, les débarquements de plies ont atteint 8 946 tonnes.

 

En France, l’espèce représente moins de 1 % des ventes sous criée. Les plus gros débarquements sont enregistrés à Boulogne-sur-Mer (25 % des débarquements en 2016). Les autres débarquements sont répartis sur les autres ports normands.

 

 

 

 

Taches rouges

Selon les stocks, le mâle atteint sa maturité sexuelle entre la 2ème et la 6ème année et la femelle entre la 3ème et la 7ème année, quand elle mesure 30 cm en Manche, 27 cm dans le golfe de Gascogne. La reproduction a lieu à des périodes différentes de l’année selon le lieu de vie de la plie (de janvier à avril en mer du Nord et de février à mars en mer d’Irlande). La longévité de la femelle est de 24 ans, alors que celle du mâle est de 12 ans. Les taches rouges orangées qui ornent sa face oculée permettent de la reconnaître parmi tous les poissons plats. Les Norvégiens l’appellent d’ailleurs Rødspette, qui veut dire « taches rouges ». Il ne faut pas confondre la plie avec le flet, dont la couleur des taches est moins marquée.

 

Taux de rejets très important

En France, la plie est principalement capturée par des fileyeurs, des chalutiers de fond et des chalutiers à perche. Les Belges et les Néerlandais utilisent essentiellement le chalut à perche.

 

La plie est souvent pêchée en association avec la sole (la sole étant l’espèce ciblée, la plie la prise accessoire). Les mailles de 80 mm, autorisées sur les chaluts à perche entraînent la capture de poissons plats à partir de 17 cm. Ces pratiques engendrent d’importantes prises de plies accessoires de moins de 27 cm. Dans les zones sud et centre de la mer du Nord, les taux de prises accessoires sous tailles sont passés de 50 à 32 % entre 2008 et 2016 grâce à l’amélioration de la sélectivité des engins de pêche (ajout de grilles rigides et cylindres en mailles carrées pour faciliter l’échappement). À noter que depuis 2016 les rejets sont interdits au sein de l’Union européenne.

 

État des stocks variable selon les zones

• En Manche Est (zone VIId), la capacité reproductive est consolidée et l’effort de pêche, en baisse depuis 1998, compatible avec le RMD (Rendement Maximum Durable) du stock. Les prises accessoires sous tailles sont importantes sur cette espèce (46 % en 2016).

• En Manche Ouest (zone VIIe), la réduction du nombre de navires britanniques (sortie de flotte), entre autres facteurs, ont contribué à restaurer la capacité de reproduction de la plie dans la zone et son exploitation au niveau actuel se situe au niveau du RMD.

• En mer du Nord et Skagerrak (zone IV et sous-division 20 de la zone IIIa) où évolue le plus important stock de plies, la capacité de reproduction du stock est consolidée et la pêche est durable. Les scientifiques préconisent de ne pas cibler la plie dans la partie Est du Skagerrak où réside une population locale plus fragile.

• En mer Celtique (zone CIEM VIIf,g), le stock est peu connu mais le niveau de biomasse est en augmentation significative depuis 2011. Selon les données disponibles à ce jour, les scientifiques estiment qu’il est actuellement pêché durablement par rapport au RMD. Cependant, les taux de prises accessoires sous tailles sont très élevés (56 % des prises en 2016). Les scientifiques recommandent de mettre en place des mesures de sélectivité des captures.

• En mer d’Irlande (zone VIIa), la biomasse reproductive du stock est consolidée et l’effort de pêche, en baisse depuis 1993, est désormais compatible avec le RMD.

 

Taille et TAC

La pêche de plies est assujettie à une taille minimale et un TAC :

 

• la taille minimale est fixée à 25 cm en mer Baltique, 27 cm partout ailleurs ;

• un TAC (Total Admissible de Captures) européen de 135 196 tonnes en 2018.

 

Consommation

La plie est commercialisée à l’état frais, entière ou en filet, ou encore en filet surgelé. Ce poisson est particulièrement apprécié des Belges, des Néerlandais et des Britanniques. Entre janvier et avril, la plie est moins appréciée. Il s’agit en effet de la période de reproduction pendant laquelle toute la masse musculaire et graisseuse de l’animal est utilisée pour la reproduction.

 

 

À RETENIR

  • Les différents stocks de plie des eaux européennes se portent plutôt bien, particulièrement celui en mer du Nord qui est également le plus important.
  • La plie peut être recommandée avec modération (en raison des prises accidentelles importantes de plies sous tailles).
  • Privilégiez les plies de taille supérieure à 30 cm afin de permettre leur reproduction.
  • Huit pêcheries de plie (cinq danoises, une écossaise, une islandaise et une anglaise) sont écolabellisées MSC.

À SAVOIR

Saisonnalité, l'exception des poissons plats

Pour la plupart des espèces, la saisonnalité n’est pas nécessairement un critère de durabilité. Bien souvent les calendriers de saisonnalité correspondent aux périodes de l’année où les captures sont les plus importantes, car les individus sont plus accessibles à l’activité de pêche et où il est donc plus courant de retrouver l’espèce concernée sur le marché. Cependant, la consommation des poissons plats est à éviter lors de leur période de reproduction. En effet, durant cette période, en plus d’être grainés (les oeufs pêchés sur les femelles n’ont pas eu le temps d’éclore en mer), les poissons plats ont une chair difficile à travailler qui perd rapidement de sa fermeté. Les pertes de matière sont alors importantes entraînant un gaspillage inutile et par conséquent des pertes économiques.

 

Autres poissons plats

Autres poissons plats sur nos marchés... [En lire plus]