Crevette nordique, grise, bouquet et striée | Guide des espèces

Crevette nordique, grise, bouquet et striée

Pandalus borealis

Crangon crangon

Palaemon serratus / Pandalus montagui


guidedesespeces.org/fr/crevette-grise-et-bouquet

  • Atlantique Nord
  • Mer Méditerranée
  • Pacifique Nord-Ouest

  • À pied (avec haveneau)
  • Casier
  • Chalut à perche
  • Chalut de fond
  • Filet

  • Aucun élevage

Dernière mise à jour : janvier 2022

 

 

BIOLOGIE

Crevette nordique (Pandalus borealis)

  • FAMILLE : Pandalidae.
  • TRAITS DISTINCTIFS : Couleur rose à rouge vif, carapace dure avec fortes épines, rostre long et étroit.
  • HABITAT : Espèce benthique qui vit sur les fonds mous et vaseux, à des profondeurs allant de 20 à 1300 m dans tout l’Atlantique Nord et le Pacifique Nord.
  • ALIMENTATION : Petits crustacés, vers et zooplancton.
  • MATURITÉ SEXUELLE : Espèce hermaphrodite protandre ; elle atteint la maturité sexuelle mâle vers l’âge de deux ans et demi puis devient femelle à environ quatrecinq ans.
  • PÉRIODE DE FRAI : Printemps.
  • LONGÉVITÉ 8 ans.

 

Autres espèces de crevette des mers du Nord commercialisées sur nos marchés :

  • CREVETTE GRISE (Crangon crangon) 
    • Vit dans le Nord-Est de l’océan Atlantique, en Méditerranée et en mer Noire, sur des fonds meubles de sable fin, jusqu’à 150 m de profondeur.
  • CREVETTE BOUQUET (Palaeomon serratus)
    • Aussi appelée crevette rose, fréquente les eaux de l’Atlantique Est (du Danemark à la Mauritanie), de la Méditerranée et de la mer Noire.
    • Elle est principalement présente en mer du Nord.
    • Elle affectionne les fonds rocheux, sablo-vaseux et aussi les herbiers jusqu’à 40 m de profondeur.
  • CREVETTE STRIÉE (Pandalus montagui)
    • Aussi appelée crevette ésope, vit en Atlantique Nord-Ouest et en Atlantique Nord-Est (sur les côtes britanniques, des îles Féroé, de la Norvège, de l'Islande et de l'ouest du Groenland). Sur les côtes françaises, on la retrouve en Manche.
    • Elle préfère les eaux froides et les fonds durs jusqu’à 700 m de profondeur (plus courante entre 20 et 100 m).

 

PÊCHE

La crevette nordique, la crevette grise, la crevette bouquet et la crevette striée sont issues uniquement de la pêche. Elles ne font pas l'objet d'élevage. Par ordre d’importance, en termes de volumes commercialisés en France, citons :

  • La crevette nordique, espèce des mers du Nord la plus pêchée au niveau européen et mondial (172 987 tonnes en 2018), devant la crevette grise. Elle est exploitée dans les eaux froides du nord de l’Atlantique Nord, au chalut de fond. Le Groenland est le principal pays producteur au niveau mondial, devant la Norvège.
  • La crevette grise, pêchée exclusivement par la flotte européenne. Cette espèce est capturée en mer du Nord principalement par les pêcheurs néerlandais, allemands et danois, par des chalutiers à perche ou par des pêcheurs à pied munis de haveneaux. Ces trois pays sont responsables de plus de 90 % des captures mondiales qui s’élèvent à 51 179 tonnes en 2018. Les débarquements français sont très faibles (263 tonnes en 2018), principalement en provenance de Manche. La Belgique a débarqué 1 413 tonnes en 2018 (100 tonnes ont été capturées par la pêche récréative à pied).
  • La crevette bouquet pêchée exclusivement par la flotte européenne, le long du littoral français, espagnol, danois et britannique. Cette espèce est souvent pêchée au casier. La France est le premier producteur (210 tonnes débarquées en 2018, dont 202 tonnes en provenance de la côte Atlantique et le reste de Méditerranée).
  • La crevette striée pêchée quasi exclusivement par le Groenland en tant que prise accessoire des pêcheries de crevette nordique (133 tonnes en 2018).

 

Oostduinkerke (village de la côte belge) est le seul endroit au monde où les crevettes sont envoyées à l’aide de chevaux qui tirent le filet. Cette activité est inscrite à la liste du Patrimoine Culturel Immatériel de l'UNESCO.

Une partie des crevettes grises pêchées dans les mers du Nord sont envoyées dans les pays du Maghreb pour y être décortiquées, avant de revenir dans les pays du nord de l’Europe pour y être conditionnées et commercialisées.

 

 

 

Les pêcheurs belges cuisent directement les crevettes pêchées à bord, de façon traditionnelle.

 

ÉTAT DES STOCKS

 


Crevette nordique (Pandalus borealis)

 

Stock en bon état (non dégradé et non surpêché) :

  • Nord-Est Arctique (sous-zones 27.1 et 27.2)
    • Biomasse reproductive largement supérieure au seuil de durabilité.
    • Taux d’exploitation faible, inférieur au niveau du RMD (2).
    • Avis scientifique (approche au RMD) : limite de captures pour 2021 (≤ 140 000 t), en diminution par rapport à l’avis pour 2020.

 

Stock reconstituable (ou en reconstitution)* :

  • Skagerrak et Kattegat, mer du Nord septentrionale, eaux norvégiennes profondes (sous-zones 27.3.a et 27.4.a est)
    • Biomasse reproductive inférieure au seuil de précaution.
    • Taux d’exploitation en diminution, inférieur au niveau du RMD.
    • Avis scientifique (sur la base du plan de gestion) : limite de captures pour 2021 (≤ 8 753 t), en augmentation par rapport à l’avis pour 2020.

 

Stock non classifié :

  • Mer du Nord septentrionale et Fladen ground (sous-zone 27.4.a ouest)
    • Manque de données.
    • Les débarquements de crevettes issues de ce stock sont très faibles. Aucune pêche ciblée recommandée depuis 2019.

 

Crevette grise (Crangon crangon) :

Indice d’abondance du stock de la mer du Nord en diminution à cause d’une forte pression de pêche et d’une importante prédation de la part du merlan (CIEM 2018).

En Méditerranée, l’espèce n'est pas évaluée.

 

Crevette bouquet (Palaeomon serratus) et crevette striée (Pandalus montagui) 

Ces espèces ne sont pas suivies scientifiquement.

L’état des stocks est inconnu.

 

GESTION DES STOCKS

Crevette nordique

En Atlantique Nord-Est les mesures de gestion incluent : 

  • Un TAC (1) au niveau européen, mais uniquement dans la sous-zone 27.4 et dans les divisions 27.3.a et 27.2.a. Des limites de captures sont aussi définies dans certaines zones des eaux norvégiennes et groenlandaises.
  • Des dispositifs de sélectivité (grilles de tri) afin de réduire les prises accessoires de crevette soustaille et des espèces non ciblées comme les poissons plats. Ces dispositifs ont été mis en place dans la zone Skagerrak depuis février 2013.

Par ailleurs, un plan pluriannuel de gestion signé par l’UE et la Norvège, couvrant le stock Skagerrak et Kattegat, mer du Nord septentrionale, eaux norvégiennes profondes, est entré en vigueur en 2019.

 

Crevette grise

Un plan de gestion en mer du Nord est entré en vigueur en janvier 2016. Conseillé par les scientifiques dès 2014, il a été développé par les principaux pays pêcheurs de cette espèce (Pays-Bas, Allemagne et Danemark). Ce plan comporte, entre autres :

  • Une réduction de l’effort de pêche afin d’assurer une exploitation durable.
  • Un maillage minimal de 22 mm du cul du chalut.

En France, sur les côtes normandes et dans les estuaires de la côte Atlantique, les captures de crevette grise sont soumises aux restrictions suivantes :

  • Captures autorisées uniquement avec chalut sélectif, qui laisse échapper les juvéniles.
  • Un maillage minimal de 24 mm du cul du chalut.
  • Le poids des captures de crevette grise doit en permanence être égal ou supérieur à 95 % du poids de toutes les captures détenues à bord.

 

Crevette bouquet

Des mesures de gestion sont mises en place au niveau local : fermeture saisonnière en Irlande, licence de pêche spécifique au Royaume-Uni, engins sélectifs en France…

 

 

CONSOMMATION

Les crevettes sauvages des mers du Nord trouvent toujours leur place sur la table des consommateurs français et belges même si elles ont été dépassées (en termes de volume commercialisé) par les crevettes tropicales (issues principalement d'élevage). La France et la Belgique importent des crevettes grises principalement en frais depuis les Pays-Bas. En 2019, la crevette grise pelée a été le produit de pêche frais le plus populaire parmi les familles belges (57 % des famille l’ont acheté). Les crevettes décortiquées représentent 90 % du marché européen.

 

 

 • MSC • Deux pêcheries de Crangon crangon (une au Royaume-Uni et une aux Pays-Bas), dix pêcheries de Pandalus borealis (trois canadiennes - dont une aussi de Pandalus montagui, deux norvégiennes, une estonienne, une aux îles Féroé, une groenlandaise, une islandaise et une suédoise) sont certifiées.

 

 


 

* Stock pour lequel le niveau d’exploitation (inférieur à celui permettant le RMD) devrait permettre sa reconstitution si d’autres impacts que la pêche (pollutions environnementales, changement climatique…) ne compromettent pas sa reconstitution.

 

(1) Total admissible de captures

(2) Rendement Maximum Durable

 

ÉLÉMENTS CLÉS

  • Les crevettes nordiques, grises, bouquets et striées ne font pas l’objet d’élevage. Ces espèces sauvages des mers du Nord ont été largement dépassées par les crevettes tropicales élevées, en termes de volumes commercialisés, mais restent très appréciées sur nos marchés.
  • Crevette nordique : le seul stock de l'Atlantique Nord-Est en bon état est celui du Nord-Est Arctique.
  • Crevette grise : le stock de la mer du Nord est en diminution. L'état de la ressource en Méditerranée est inconnu.
  • Crevette bouquet et striée : l’état des stocks est inconnu

RECOMMANDATIONS D'ACHATS

➜ À privilégier

  • Crevette nordique : stock Nord-Est Arctique.

 

À consommer avec modération

  • Crevette bouquet : tous stocks.
  • Crevette grise : stock de Méditerranée.
  • Crevette striée : tous stocks.

 

➜ Privilégier les individus pêchés au casier.

 

➜ À éviter

  • Crevette grise : stock de la mer du Nord.
  • Crevette nordique : stock Skagerrak et Kattegat, mer du Nord Septentrionale, eaux profondes de Norvège, stock mer du nord septentrionale et Fladen ground.