Araignée de mer

Maia squinado

Maja brachydactyla


guidedesespeces.org/fr/araignee-de-mer
  • Atlantique Nord-Est, des îles Britanniques aux côtes mauritaniennes

  • Mer Méditerranée

  • Casier

  • Filet droit

  • Filet trémail

 


  • Nederlands
  • English
  • Français

Dernière mise à jour : juillet 2018

 

Cette espèce de décapode (dix pattes) est moins abondante que le tourteau sur l’ensemble des côtes européennes, à l’exception du littoral français (de la Normandie jusqu’à la Vendée). Deux espèces d’araignée de mer vivent sur nos côtes :

 

• Maja squinado vit en mer Méditerranée où elle est appelée « esquinade ». Sa carapace est aussi épineuse que celle du tourteau est lisse.

• Maja brachydactyla vit dans l’océan Atlantique. La limite septentrionale de distribution de l’espèce se situe au niveau des Îles Britanniques. Au large des côtes africaines, elle a été repérée au niveau du Sahara (côtes mauritaniennes et marocaines) mais est peu fréquente au-delà.

 

Vers l’âge de 2 ans, l’araignée acquiert sa maturité sexuelle et arrête sa croissance à l’issue d’une mue terminale. Si elle n’est pas capturée, sa durée de vie est de l’ordre de 5 à 8 ans. Au cours de ses deux premières années, elle aura effectué pas moins de 12 à 13 mues. Sa vie sera ensuite rythmée par des migrations saisonnières vers la côte pour la reproduction.

 

Pour Maja brachydactyla, une première ponte intervient entre mars et juin (en Manche) et une seconde peut avoir lieu au début de l’été (en Bretagne Sud et à l’entrée de la Manche). Dans certaines régions, notamment en Bretagne, une partie des araignées immatures peuvent atteindre la taille minimale de capture : ce sont les « moussettes », très prisées des consommateurs.

 

Les araignées de mer peuvent parfois se regrouper en tas. La formation de ces groupes composés de plusieurs dizaines d’araignées de mer, intervient principalement à l’issue de la mue terminale, soit au cours de l’été ou en automne. Les individus sont pour la plupart mous, il pourrait s’agir d’une stratégie pour se défendre de certains prédateurs. La situation de dominance des mâles les positionne à l’extérieur et au-dessus des tas.

 

 

Ressource sous surveillance

En France, la pêche ciblée d’araignées de mer n’a démarré que dans les années 60, pour compenser la baisse des rendements de la pêche au homard et à la langouste. D’abord côtière, l’exploitation s’est par la suite étendue plus au large. L’araignée reste ciblée sur les côtes par les caseyeurs durant le printemps et le début de l’été. Au large, il s’agit principalement d’une pêche au filet en automne et en hiver. A la fin des années 70, les pêcheurs se sont inquiétés de la baisse des rendements et des risques d’épuisement des stocks. Depuis 1980, la taille minimale marchande est fixée à 120 mm (longueur du céphalothorax). Localement, des mesures ont été prises par les pêcheurs : fermeture de zones pendant la saison des mues, limitation du nombre d’engins de pêche à bord et de navires (France, Îles Anglo-Normandes) ou restrictions de pêches sur les femelles grainées (Espagne).

 

Population stable

L’état des stocks n’est pas précisément connu. Leur abondance varie d’une année à l’autre. La taille minimale de commercialisation, fixée à 12 cm, assure le maintien d’un nombre suffisant de reproducteurs (certains individus atteignent leur maturité sexuelle en-dessous de cette taille).

 

Bretagne et Normandie

La Bretagne Nord et la presqu’île du Cotentin sont les principales régions de production, l’araignée y est majoritairement vendue vivante. La Bretagne et la Normandie sont les débouchés naturels pour cette espèce. Sa conservation en vivier est plus difficile que pour le tourteau, aussi fait-elle l’objet d’échanges internationaux moins intenses.

 

 

À RETENIR

  • À son niveau actuel, l’exploitation des araignées semble durable. L’état des stocks n’étant pas précisément connu, leur consommation peut être recommandée avec modération.
  • Limitez l’achat de femelles grainées (portant des oeufs).

WEETJE

Spinkrabben hebben de gewoonte om met vele tientallen tegelijkertijd samen te scholen op één grote hoop als het moment aangebroken is van hun finale vervelling (tijdens de zomer of herfst). Pas vervelde exemplaren – met nog een zachte schaal – bevinden zich aan de binnenkant van de hoop, terwijl de grotere mannetjes aan de buitenkant zitten en zorgen voor de verdediging tegen roofdieren (zoals de octopus). Deze strategie maakt het vissers zeer gemakkelijk om spinkrabben in grote aantallen te vangen.