Flétan

Reinhardtius hippoglossoides

Hippoglossus hippoglossus

Hippoglossus stenolepis


guidedesespeces.org/fr/fletan-noir
  • Atlantique Nord
  • Pacifique Nord
  • Chalut de fond (en zone profonde)
  • Palangre (en zone profonde)
  • Cage flottante en mer (flétan blanc)

 


  • Nederlands
  • English
  • Français

Dernière mise à jour : juillet 2018

 

Trois espèces de flétan se retrouvent sur nos marchés :

le flétan noir, Reinhardtius hippoglossoides aussi appelé « flétan du Groenland » est le plus couramment retrouvé sur les étals.

le flétan de l’Atlantique, Hippoglossus hippoglossus, aussi appelé « flétan blanc », est beaucoup plus rare.

le flétan du Pacifique, Hippoglossus stenolepis est présent en faible quantité sur les marchés d’Europe de l’Ouest.

 

Le flétan noir aime les eaux froides de l’Atlantique Nord et du Pacifique Nord. Il vit entre les côtes de la Norvège et celles du Groenland où il fait l’objet d’une pêche traditionnelle. Il fréquente également les eaux occidentales de l’Atlantique Nord, le long du Labrador et du Canada. C’est un poisson benthopélagique (il vit près du fond) mais il peut aussi se rencontrer en pleine eau principalement entre 500 et 1 000 mètres de profondeur. Le flétan noir acquiert sa première maturité sexuelle vers 9-10 ans, lorsqu’il mesure entre 65 et 80 cm. Il peut atteindre 1,30 mètre et peser 45 kg pour une durée de vie de 30 ans.

 

La France importe 3 140 tonnes de flétan par an dont 40 % de flétan noir provenant principalement du Royaume-Uni, d’Islande et des Îles Féroé, 60 % de flétan blanc sous forme fumée du Royaume-Uni et 11 tonnes de flétan du Pacifique frais.

 


L’exploitation du flétan noir en Atlantique Nord-Est n’est pas récente. Elle était déjà menée dans les années 50 par les pêcheurs norvégiens et allemands. Elle s’est intensifiée dans les années 80 avec le développement des pêches d’espèces de grands fonds.
Le flétan noir constitue une prise accessoire pour les chalutiers de fond et les palangriers islandais, groenlandais et norvégiens (pêchant le cabillaud ou le sébaste). Les débarquements français de flétan noir sont très faibles, il est capturé comme prise accessoire dans le cadre des pêcheries ciblant les poissons de grands fonds menées principalement par les armateurs boulonnais et lorientais.

 

En Belgique, 712 tonnes de flétan (toutes espèces confondues) sont importées chaque année, principalement du Danemark et d’Allemagne.

81 % des importations sont constituées de flétan noir, 19 % de flétan de l’Atlantique et moins de 1 % de flétan du Pacifique.

 

 

Pression de pêche

Dans les zones exploitées par les Groenlandais, les Islandais et les Féringiens (zones CIEM V, VI, XII et XIV), les captures réelles sont désormais en accord avec les recommandations du CIEM. En 2012, le CIEM recommandait de ne plus cibler cette espèce. Un plan de gestion à long terme a été mis en place en 2012 par les pays riverains afin de rétablir le niveau d’exploitation au niveau du Rendement Maximum Durable (RMD). Le stock se rétablit progressivement, la biomasse jouit d’une pleine capacité de reproduction mais le taux d’exploitation ne doit pas augmenter afin d’assurer une pleine exploitation du stock.

Dans les zones de mer de Barents et de mer de Norvège (zones CIEM I et II), le stock est à un niveau stable depuis 2012 après une augmentation régulière depuis 1992. Le CIEM recommande de ne pas augmenter le niveau d’effort de pêche actuel (en augmentation depuis 2009). Le stock de reproducteurs est consolidé. Ce stock est principalement pêché par la Russie et la Norvège qui en assurent la gestion.

 

Instruments de gestion

Au Groenland et en Islande, un TAC national (Total Admissible de Captures) permet de gérer la ressource. Dans les Îles Féroé, l’effort de pêche est réglementé par un nombre limité de licences de pêche.

 

Frais ou fumé

Le flétan noir est commercialisé sous forme de filet frais ou surgelé. Riche en lipides, sa texture se prête bien au fumage à froid, il est alors vendu en tranche fine (façon saumon). L’huile de foie de flétan est utilisée dans la confection de gélules d’huile de poisson.

 

 

À RETENIR

  • Le flétan noir subit une pression de pêche compatible avec une approche durable. Sa fragilité biologique invite cependant à une consommation modérée en privilégiant les individus pêchés à la palangre de fond. Deux pêcheries du Groenland sont certifiées MSC.
  • Évitez la consommation de flétan blanc sauf s’il provient de la pêcherie canadienne certifiée MSC.
  • Le flétan du Pacifique pêché à la palangre et provenant du Pacifique Nord-Est peut être consommé.

À SAVOIR

Le flétan de l’Atlantique

Le flétan de l’Atlantique, appelé aussi “flétan blanc”, est un habitant de l’Atlantique Nord. Il est cependant beaucoup plus rare que le flétan noir (Reinhardtius hippoglossoides) et n’est qu’épisodiquement capturé en prise accessoire du chalut de fond. Une forte mortalité touche les juvéniles. Il est classé sur la liste UICN en danger d’extinction. Une pêcherie canadienne de flétan de l’Atlantique est certifiée MSC. Ce poisson qui peut atteindre 50 ans, peser plusieurs centaines de kilos et mesurer jusqu’à 4 mètres, est très peu présent sur nos marchés. Sa visibilité va vraisemblablement s’accroître avec l’arrivée de poissons d’élevage. A ce jour, le principal producteur de flétan blanc d’élevage est la Norvège, avec entre 1 400 et 2 800 tonnes produites annuellement dans environ 70 élevages. [En lire plus]

 

Le flétan du Pacifique

Le flétan du Pacifique est présent en faible quantité sur les marchés d’Europe de l’Ouest, sous forme de filets congelés. Depuis 1995, le conseil de gestion des pêcheries du Pacifique Nord (NPMFC), gestionnaire de la pêcherie, a opté pour l’affectation de quotas de pêche individuels (QPI) aux pêcheurs. Le nombre de QPI détenu par chaque pêcheur est limité afin d’éviter la concentration des droits de pêche. La seule méthode de pêche autorisée est la palangre. Deux pêcheries de flétan du Pacifique sont certifiées MSC (dans le Pacifique Nord-Est). [En lire plus]

 

Autres poissons plats

Autres poissons plats sur nos marchés... [En lire plus]