Congre

Conger conger


guidedesespeces.org/fr/congre
  • Atlantique Nord-Est, des Iles Féroé à l’Afrique du Nord
  • Mer Méditerranée
  • Ligne
  • Chalut de fond
  • Filet

 


  • Nederlands
  • English
  • Français

Dernière mise à jour : juillet 2018

 

Son corps très allongé, de couleur gris clair, fait penser à un gros serpent de mer. Le congre chasse la nuit et se réfugie le jour dans les rochers, anfractuosités et épaves. Il mesure en général entre 1 et 2 mètres mais peut atteindre 2,5 mètres. Il semble exister plusieurs populations de congre. Chacune de ces populations aurait sa zone de reproduction spécifique : une sur les côtes américaines, une sur les côtes européennes, une en Méditerranée et une le long des côtes africaines.

La croissance de chaque individu semble rapide et l’animal peut atteindre plus de 30 kg en 5 ans. Ce poisson ne se reproduit qu’une seule fois dans sa vie et il faut plus de 14 ans pour obtenir un doublement de la population. La maturité sexuelle du congre serait atteinte selon les individus entre 85 et 95 cm.

 

Techniques de pêche

Sur la façade Atlantique, notamment en Normandie, la pêche au congre se pratique à la palangre de fond appâtée au maquereau ou à la seiche. Cette pêche se pratique surtout la nuit, sur des fonds rocailleux. Les lignes sont retenues avec des ancres. Elles sont levées après avoir été immergées pendant 3 à 10 heures. « Le congre mord assez vite », parole de pêcheur normand. Le congre est également une des prises de chalut de fond (notamment en Méditerranée).

 

Stocks méconnus et lente reproduction

Cette espèce n’est assujettie à aucune règle de gestion. L’état des stocks de congre est méconnu ; cette espèce de faible importance commerciale en France (le marché espagnol est plus développé) ne fait pas l’objet d’études approfondies. L’espèce est dite fragile en raison de son cycle biologique particulier (faible taux de reproduction et maturité sexuelle tardive). La production française, hors prises des pêcheurs de loisir, est de l’ordre de 5 000 tonnes par an ; les ventes sous criée sont stables, aux alentours de 3 000 tonnes annuelles. Les principaux lieux de débarquements sont Le Guilvinec, Noirmoutier, Lorient, et Erquy.

 

En 2016, les pêcheurs belges ont débarqué 40 tonnes de congre, en prises accessoires des chalutiers à perche pêchant en Manche et mer Celtique.

 

 

Consommation

Au détail, le poisson est commercialisé frais, le plus souvent sous forme de darne. Le congre est un peu boudé des consommateurs en raison de la présence de nombreuses arêtes dans la pointe de sa queue. Il offre pourtant une chair blanche et ferme qui mériterait l’attention des amateurs.

En Belgique, la dénomination congre est parfois utilisée pour commercialiser la petite roussette (Scyliorhinus canicula) sous forme de « gelée de congre » (malgré une interdiction du terme depuis 1996). La « vraie » roussette (famille des requins) est facilement reconnaissable dans l’assiette par son ossature vertébrale, absente chez le congre.

 

 

À RETENIR

  • Le congre est un poisson à chair ferme et bon marché.
  • Il faut savoir le parer pour éliminer sans effort les nombreuses arêtes présentes principalement dans la partie caudale.
  • La consommation de congre peut être recommandée avec modération, en raison de ses caractéristiques biologiques fragiles et du manque de connaissances sur les différents stocks.