Grondin

Chelidonichthys cuculus

Chelidonichthys lucerna

Eutrigla gurnardus


guidedesespeces.org/fr/grondin
  • Atlantique Est, du sud de la Norvège aux eaux marocaines
  • Mer Méditerranée
  • Filet droit
  • Senne
  • Chalut à perche / de fond
  • Trémail

 


  • Nederlands
  • English
  • Français

Dernière mise à jour : juillet 2018

 

Les grondins appartiennent à la famille des triglidés. Trois espèces sont principalement débarquées dans les criées françaises, sans toujours être distinguées dans les statistiques :

 

le grondin rouge (Chelidonichthys cuculus) fréquente l’Atlantique Est, des Îles Britanniques à la Mauritanie, ainsi que la Méditerranée. Il se retrouve principalement en Manche et mer Celtique.

le grondin perlon (Chelidonichthys lucerna) est présent de la Norvège au Cap Blanc (côtes africaines), ainsi qu’en Méditerranée. Il migre vers les zones plus chaudes en hiver.

le grondin gris (Eutrigla gurnardus) se retrouve de l’Islande et la Norvège au Maroc, et également en Méditerranée. Il descend en eau plus profonde en hiver. En Manche, il est présent essentiellement près du détroit du Pas-de-Calais et on ne le trouve que de manière épisodique ailleurs. La femelle grondin gris est sexuellement mature à partir de 24 cm. La taille de première maturité sexuelle du grondin rouge serait supérieure à 25 cm. La taille de maturité sexuelle du grondin perlon est inconnue. Le grondin perlon peut atteindre plus de 75 cm et a une longévité de 15 ans. Les grondins ont un corps adapté à la vie sur le fond : leurs nageoires pectorales leur permettent de se déplacer sur les fonds comme avec des pattes. Ils sont souvent confondus avec le rouget barbet (Mullus surmuletus) mais se reconnaissent facilement par leur tête triangulaire et leur bouche blanche.

 

Ce poisson à tête osseuse doit son nom aux grondements qu’il produit en dégonflant sa vessie natatoire.

 

 

Manque de connaissances

L’état des stocks des grondins est mal connu. La première estimation scientifique a été menée en 2011. Le manque de données sur les captures de ces espèces empêche l’établissement d’évaluations précises sur les délimitations de stock pour le grondin rouge et les niveaux de biomasse pour le grondin rouge et le grondin gris. Les autres espèces de grondin ne sont pas intégrées aux évaluations du CIEM. Malgré ce manque de données significatives, les scientifiques recommandent, chaque année depuis 2013, de ne pas augmenter les captures de grondin dans le cadre d’une approche de précaution, excepté pour le grondin gris dont la biomasse a triplé depuis le début des années 80.

 

Il n’existe pas de réglementation spécifique à leur pêche en Europe (seule la Belgique applique une taille minimale de capture de 20 cm). Une majorité des prises est rejetée en mer (espèce non soumise à quota donc non soumise à la politique « zéro rejet »). Cependant, leur exploitation est majoritairement le fait du chalutage de fonds, activité strictement réglementée. Le grondin bénéficie ainsi indirectement des règles de conservation imposées aux pêches pluri-spécifiques (plusieurs espèces), notamment par la taille des mailles de filets (80 mm) qui laissent échapper les immatures. 

 

La Belgique débarque 1 560 tonnes de grondin (2016) par an (toutes espèces confondues), dont 1 025 tonnes de grondin perlon. En raison de la faible demande du marché local, il fait l’objet de rejets importants.

 

 

Le favori des consommateurs

Les trois grondins sont commercialisés entiers et filetés à l’état frais. Préparé sans tête et sans peau, on l’appelle galinette (il est également appelé ainsi dans la région du Languedoc-Roussillon).
Le grondin rouge est le plus courant en France. Le grondin perlon est le plus apprécié des trois en raison de sa chair blanche et ferme. Il est le mieux valorisé en raison de la forte demande de certains marchés de connaisseurs (Espagne, Italie et… Boulonnais). Le grondin gris, le moins cher d’entre tous, est pourtant selon ses défenseurs, meilleur que le rouge !

 

Le grondin gris se reconnaît grâce aux taches blanches sur ses flancs.

 
Le grondin perlon se reconnaît à ses nageoires légèrement bleutées.  

Le grondin rouge a des épines latérales coupantes comparables au poisson chirurgien.  

 

 

 

 

 

Les principales captures sont enregistrées en mer Celtique et en Manche. Au total, quelque 4 800 tonnes par an sont débarquées en France, dont plus de la moitié de grondin rouge. La petite criée d’Erquy reçoit plus du tiers de la production nationale de grondin rouge.

À RETENIR

  • Plusieurs espèces de grondins sont vendues sur le marché français : le grondin rouge, le grondin perlon, le grondin gris.
  • Grondin perlon et grondin gris ont une chair délicate. Le grondin rouge, le moins charnu, peut être utilisé pour faire des soupes.
  • La production de grondins est relativement stable. L’état des stocks est mal connu. Ils ne semblent pas en danger mais le manque de connaissances invite à une consommation modérée.
    Privilégiez le grondin gris dont la biomasse semble la plus abondante.