Hoki

Macruronus novaezelandiae

Macruronus magellanicus


guidedesespeces.org/fr/hoki
  • Pacifique Sud-Ouest
  • Atlantique Sud-Ouest
  • Chalut de fond (en zone profonde)

 


  • Nederlands
  • English
  • Français

Dernière mise à jour : juillet 2018

 

Le hoki, aussi appelé « grenadier bleu », est une espèce démersale de grands fonds de la famille des merlucidés.

Il vit en eaux profondes entre 200 et 800 mètres de profondeur :

 

• dans le Pacifique Sud-Ouest, autour de la Nouvelle-Zélande et au sud de l’Australie (Macruronus novaezelandiae) ;

• en Atlantique Sud-Ouest ;

• dans le Pacifique Sud-Est sur les côtes d’Argentine et du Chili (Macruronus magellanicus).

 

Production industrielle

Initiée au début des années 70 par les flottilles du Japon et de l’ex-URSS, l’exploitation industrielle du hoki est menée par des chalutiers de fond. Les captures ont fortement augmenté pendant les années 80-90, passant de quelques dizaines de milliers de tonnes à un pic de production à plus de 300 000 tonnes en 1998. Mais au début des années 2000, le niveau de captures a baissé d’année en année en raison de la forte diminution du nombre de poissons en âge de se reproduire. La pêche est principalement menée pendant l’hiver, au moment de la forte concentration de hoki à la saison du frai.

 

Une pêcherie écolabellisée

Après une période de surexploitation, la pêcherie néo-zélandaise a été la première pêcherie d’espèces de grands fonds à obtenir l’écolabel MSC en 2001. Elle a été suivie par l’Australie et l’Argentine quelques années après. Cette certification est remise en cause par certaines ONG qui dénoncent la détérioration des écosystèmes benthiques par le chalutage en zone profonde et les taux de prises accessoires.

 

La Hoki Fishery Management Company, organisme responsable de la gestion du stock en Nouvelle-Zélande, a introduit un code de conduite de la pêche chalutière de hoki en 2001, dans le but de protéger les petits individus (< 60 cm). Les principales composantes de ce code sont :

  • une restriction de la pêche dans les eaux de profondeur inférieure à 450 mètres ;
  • une règle invitant les navires à changer de zone de pêche si les petits poissons constituent plus de 10 % des captures ;
  • une fermeture de certaines zones au chalutage (plus de 30 % de la ZEE) pour préserver les différents types d’habitats benthiques ;
  • des programmes de recherche pour mieux comprendre les impacts du chalut sur les habitats et adapter le mode de gestion en conséquence ;
  • des règles pour éviter les prises accessoires de mammifères et d’oiseaux marins.

 

Climat

Les variations du recrutement (juvéniles entrant dans le stock de reproducteurs) ont un impact direct sur la pêcherie de hoki. Le recrutement du hoki, comme celui de bien d’autres espèces, est influencé, entre autre, par le climat. Cependant, les liens entre climat et recrutement ne sont pas précisément cernés. L’influence du phénomène « El Niño » sur la santé du stock de hoki est vivement débattue entre experts halieutes et climatologues.

 

Exploitation maîtrisée

Le principal pays pêcheur de hoki est la Nouvelle-Zélande. Il est également pêché en Australie, en Argentine et au Chili.

 

En Nouvelle-Zélande, l’évaluation du stock de hoki (Pacifique Sud-Ouest), divisé en deux sous-stocks (oriental et occidental), est menée annuellement sur la base des données scientifiques et des éléments communiqués par les pêcheurs. Cette évaluation débouche sur la détermination d’un TAC (Total Admissible de Captures), équivalent ou inférieur au Rendement Maximum Durable (RMD). Le ministère néo-zélandais des pêches décide ensuite d’un TAC Commercial (TACC), divisé en quotas individuels qui sont distribués aux unités de pêche. Le TACC de la campagne 2008-2009 a été historiquement le plus bas avec la baisse du recrutement de juvéniles dans le stock de reproducteurs, entraînant une forte diminution du nombre de poissons pêchés et ce pendant plusieurs années de suite. Le recrutement s’est depuis amélioré en raison de meilleures conditions environnementales et les TACC ont été augmentés en conséquence. Pour la campagne 2018, ayant démarré le 1er octobre 2017, le TACC est fixé à 150 010 tonnes.

En Australie, la pêche est régulée par l’Autorité de Gestion des pêcheries australiennes (Australian Fisheries Management Authority). Le système de gestion mis en oeuvre comprend une limitation des captures par quotas, un nombre limité de bateaux autorisés à pêcher, ainsi qu’une restriction des zones de pêche. Le stock est exploité durablement.

En Argentine, le gouvernement met en oeuvre des limitations de captures depuis 2001 et un observateur embarqué est obligatoire à bord des bateaux de pêche mais les mesures de gestion pourraient encore être améliorées pour assurer une gestion durable du stock.

Au Chili, le stock est actuellement surexploité bien que des mesures de rétablissement aient été mises en oeuvre à partir de 2012 (fermeture saisonnière, réduction des TAC).

 

La Belgique importe 300 tonnes de filets congelés de hoki par an dont la majorité a été transformée au Danemark, en Chine et aux Pays-Bas. Seulement 17 % proviennent directement de Nouvelle-Zélande. Sa popularité a baissé sur les étals belges à partir de 2015.

 

La France a importé 9 058 tonnes de hoki congelé en 2016 en majorité de Nouvelle-Zélande (6 275 tonnes) et de Chine (1 280 tonnes après transformation).

 

 

 

 

 

La pêche de grands fonds a été un sujet très controversé en France et en Europe en 2013. Suite à la médiatisation des enjeux environnementaux liés aux techniques de chalutage en eau profonde, des enseignes françaises de la grande distribution ont annoncé début 2014 l’arrêt de la vente d’espèces de grands fonds.

À RETENIR

  • Le hoki ou « grenadier bleu » est un poisson blanc vendu en Europe sous forme de filet surgelé, nature ou pané.
  • Introduit dans les années 1990 sur les marchés, le hoki a trouvé sa place comme substitut économiquement avantageux aux espèces traditionnelles d’Atlantique Nord-Est.
  • En Nouvelle-Zélande et Australie, les conditions actuelles d’exploitation sont considérées durables.
  • Le hoki du Chili est surexploité. En Argentine, les conditions d’exploitation pourraient être améliorées.
  • Trois pêcheries de hoki en Nouvelle-Zélande, en Australie et en Argentine sont écolabellisées MSC.

À SAVOIR

Quota individuel transférable

La liberté d’accès à la ressource halieutique est l’une des raisons de sa surexploitation économique et écologique. Le libre accès des océans autorise leur exploitation par un ensemble de pêcheurs dont l’objectif est de capturer le maximum... [En lire plus]

 

Mesures pour protéger les espèces d'eaux profondes

Depuis les années 80, les espèces de grands fonds ont représenté une opportunité pour les pêcheurs face à la réduction des stocks des principales espèces de l'Atlantique Nord-Est. Ces espèces de grands fonds sont mal connues ; leur lente croissance les rend très vulnérables à l'exploitation par la pêche et leur exploitation a un impact sur la biodiversité et les écosystèmes marins des grands fonds quasiment inexplorés à l'heure actuelle. ... [En lire plus]