Langoustine

Nephrops norvegicus


guidedesespeces.org/fr/langoustine
  • Atlantique Est, de l’Islande et de la Norvège (au nord) jusqu’au Maroc
  • Mer Méditerranée occidentale et centrale
  • Chalut de fond
  • Casier

 


  • Nederlands
  • English
  • Français

Dernière mise à jour : juillet 2018

 

La langoustine mesure entre 10 et 20 cm et vit à des profondeurs très variables allant de 20 à 800 mètres. Ce crustacé vit sur les sols meubles vaseux et vaso-sableux, dans lesquels la femelle peut construire un terrier qu’elle ne quitte que pour aller se nourrir ou s’accoupler. Les langoustines se reproduisent pendant les mois d’août-septembre puis la femelle porte ses oeufs pendant 10 mois. Dans le golfe de Gascogne, les mâles acquièrent leur première maturité sexuelle lorsqu’ils mesurent 8,7 cm (26 mm de taille céphalothoracique), les femelles l’acquièrent à environ 7,5 cm. Les mâles peuvent vivre jusqu’à 10 ans tandis que les femelles ont une croissance plus lente et peuvent atteindre 20 ans.

 

Plusieurs stocks distincts

La zone de la mer Celtique est exploitée par les chalutiers de fond français, irlandais et britanniques ; le banc de Porcupine est également exploité par des navires espagnols. En France, ce sont des armements basés au Guilvinec, Concarneau et Lorient qui participent à ces pêcheries polyvalentes associant poissons et langoustines. Selon les données scientifiques, le système de gestion à l’échelle régionale n’assure pas une gestion cohérente des différents stocks qui composent la zone mais les stocks sont exploités conformément au Rendement Maximum Durable. Les TAC 2018 sont fixés à 29 091 tonnes pour la zone CIEM VII partagées entre le Royaume-Uni, l’Irlande, la France et l’Espagne.

• Après avoir été fragilisé ces dernières années, les scientifiques estiment que le banc de Porcupine est exploité actuellement de manière durable. Cette zone fait l’objet, depuis 2010, d’une fermeture de pêche au printemps, pour limiter l’exploitation des femelles. Pour 2017, le CIEM estime des possibilités de captures à hauteur de 3 100 tonnes pour cette zone.

La zone du golfe de Gascogne est exploitée quasi exclusivement par les chalutiers de fond français. La population de géniteurs est estimée stable, et la gestion du stock est conforme au Rendement Maximum Durable. Le golfe de Gascogne est la première zone d’approvisionnement du marché français. Depuis 2002, les pêcheurs français se sont fixés des règles plus contraignantes que ne l’exige la réglementation européenne : une licence limitant le nombre de navires participant à la pêcherie, une taille minimale de capture supérieure (90 mm au lieu de 70 mm en Europe), l’expérimentation et la généralisation progressive d’engins plus sélectifs, aussi bien pour la protection des juvéniles de la langoustine que du merlu qui constitue la première prise accessoire de cette activité. Les travaux sur l’adaptation de dispositifs d’échappement des merlus et sur la survie des rejets de langoustines hors taille se poursuivent.

• Plusieurs stocks de langoustines situés dans les eaux écossaises sont exploités par des caseyeurs et des chalutiers écossais. La plupart de ces stocks subissent un niveau d’exploitation durable.

La mer du Nord abrite neuf stocks distincts de langoustine. Le CIEM recommande une gestion à l’échelle de chacune des neuf unités fonctionnelles. Le TAC européen s’élève à 24 518 tonnes en 2018 partagées entre le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la Belgique, le Danemark, l’Allemagne et la France. Les prises accessoires de cabillaud sont estimées importantes en raison d’une taille de maille de 80 mm pour cibler la langoustine.

 

La taille minimale de commercialisation de la langoustine (taille du céphalothorax : du thorax à la base de la queue) est fixée par règlement communautaire à 40 mm dans le Kattegat et le Skagerrak (IIIa), à 25 mm en mer du Nord, en mer de Norvège, en Manche et en mer Celtique et à 20 mm à l’ouest de l’Écosse (VIa), en mer d’Irlande (VIIa), dans le golfe de Gascogne et en mer Méditerranée.

 

 

 

 

La pêche de langoustine au casier serait-elle une alternative souhaitable ? Elle semble offrir de nombreux avantages : grande sélectivité, meilleure valorisation du produit… mais se caractérise par un rendement faible qui modère son attractivité économique. Aujourd’hui, on ne compte que quelques caseyeurs ciblant les langoustines.

 

Les pêcheurs belges ont débarqué 885 tonnes en 2016. En complément, la Belgique importe 400 tonnes de langoustine dont 65 % proviennent des Pays-Bas.

 

 

Vivante, glacée ou surgelée

En France, les langoustines sont essentiellement vendues entières, soit vivantes, soit mortes sur glace ou surgelées en queue. Les ventes de langoustines cuites fraîches sont faibles mais se développent, notamment au moment des fêtes de fin d’année. La France est l’un des principaux marchés de ce savoureux crustacé avec 5 988 tonnes importées en 2016, principalement depuis le Royaume-Uni. La concentration de la consommation dans les zones de production françaises est remarquable : l’Ouest absorbe 80 % des langoustines vivantes et glacées vendues sur le marché de détail.

À RETENIR

  •  La plupart des stocks de langoustine sont exploités durablement.
  •  La pêche au chalut de fond entraîne des prises importantes de merlus et de langoustines sous la taille réglementaire.
  • Les producteurs français, principaux exploitants du golfe de Gascogne, ont introduit des mesures visant à stabiliser l’effort de pêche (nombre limité de navires) et à réduire les prises accessoires (engins sélectifs) de petites langoustines et de merlus sous-taille.
  • La langoustine est particulièrement appréciée des habitants de la façade Atlantique. Sa consommation peut être recommandée avec modération en raison des prises accessoires. Préferez les langoustines pêchées au casier si elles vous sont proposées à la vente.
  • Une pêcherie dano-suédoise de langoustine est certifiée MSC.