Lingue bleue

Molva dypterygia


guidedesespeces.org/fr/lingue-bleue
  • Atlantique Nord-Est,de la mer de Barents (au nord), jusqu'au Maroc
    (au sud)

  • Ouest Méditerranée

  • Atlantique Nord-Ouest (côtes du Canada)

  • Chalut de fond (en zone profonde)
  • Palangre (en zone profonde)
  • Filet droit

 


  • Nederlands
  • English
  • Français

Dernière mise à jour : juillet 2018

 

Espèce dite de grands fonds, la lingue bleue se rencontre principalement entre 350 et 500 mètres mais peut vivre jusqu’à 1 000 mètres de profondeur. Ce poisson appartient à la famille des gadidés. Il peut atteindre 1,50 mètre et plus de 30 kg pour une longévité maximale de 20 ans. Sa taille de maturité sexuelle est d’environ 80 cm. La lingue bleue est assujettie à une taille minimale commerciale de 70 cm. Son exploitation remonte aux années 60, mais s’est intensifiée dans les années 80 et 90. Les Îles Féroé et la France sont les principaux producteurs de lingue bleue, la France ayant un droit d’accès dans les eaux des Îles Féroé pour cette pêche.
En France, Lorient et Boulogne-sur-Mer sont les principaux ports de débarquement des espèces de grands fonds.

 

Etat des stocks

Dans les eaux européennes, le principal stock de lingue bleue se situe à l’ouest des Îles Britanniques (zones Vb, VI et VII). Après une période de surexploitation de 1997 à 2003, ce stock est depuis estimé par le CIEM comme étant sous-exploité par rapport au niveau du Rendement Maximum Durable (RMD). La biomasse de reproducteurs s’est reconstituée dans les années 2000, probable conséquence d’une très forte baisse de l’effort de pêche et de la mise sous TAC de la plupart des espèces profondes exploitées dans cette zone. Le stock jouit depuis 2009 d’une pleine capacité de reproduction et l’effort de pêche y est limité.

 

En Islande, cette espèce fait depuis peu l’objet d’une exploitation ciblée par des palangriers, qui sont responsables de plus de 70 % des prises islandaises. L’institut de recherche islandais recommande une fermeture saisonnière de la zone de reproduction pendant la période de frai (de février à avril). Le CIEM recommande la stabilisation des captures (recommandations de 1 957 tonnes pour 2018 sachant que les débarquements s’élevaient à 932 tonnes en 2016) car la biomasse est en baisse depuis 2008 suite à une série de mauvais recrutements des juvéniles dans le stock de reproducteurs.

 

Commercialisation

La lingue bleue est commercialisée sous forme de filet frais ou surgelé sans peau, relativement dépourvu d’arêtes.

 

 

 

 

 

Le TAC européen 2018 s’élève à 10 810 tonnes. Chaque année le quota attribué à la France représente la moitié du TAC européen.

À RETENIR

  • La lingue bleue est plus couramment appelée « élingue » à l’étal du poissonnier, quand la lingue franche est appelée « lingue » ou « julienne ».
  • L’état des stocks s’améliore mais continuez de limiter l’achat de cette espèce, en raison de sa fragilité biologique.
  • La pêche au chalut en eau profonde a un impact sur les écosystèmes des grands fonds. Cette technique est interdite au-delà de 800 mètres en Europe mais perdure au niveau international. Évitez l’achat de poisson pêché au chalut de grands fonds sans garantie de durabilité de la pêcherie concernée.
  • La lingue bleue pêchée en Islande à la palangre est certifiée MSC.