Lingue franche

Molva molva


guidedesespeces.org/fr/lingue-franche
  • Atlantique Nord-Est : de l’Islande et Groenland au nord de la Norvège, jusqu'au Portugal
  • Chalut de fond
  • Palangre
  • Filet droit

 


  • Nederlands
  • English
  • Français

Dernière mise à jour : juillet 2018

 

La lingue franche, aussi appelée « julienne » dans le Morbihan, haut lieu de débarquement de cette espèce, est un poisson démersal, vivant entre 200 et 500 mètres de profondeur dans les zones rocheuses. La lingue franche est caractérisée par son corps cylindrique très allongé pouvant atteindre 2 mètres. La femelle peut porter plusieurs dizaines de millions d’oeufs et atteint sa taille de maturité sexuelle au cours de sa cinquième année, quand elle mesure entre 90 et 100 cm. Les lieux de reproduction ont été identifiés dans le golfe de Gascogne, dans l’Ouest des Îles Britanniques ainsi qu’au large des Îles Féroé et au sud de l’Islande.

 

Chalut de fond et palangre

En France, la lingue franche est capturée par les chalutiers de fond. La production est concentrée en Bretagne où les ports reçoivent près de 90 % de la production nationale de cette espèce. En Norvège et en Islande ce sont les palangriers qui représentent l’essentiel des captures.

 

Niveaux variables des stocks

Dans les zones de la mer de Barents (zone I) et de la mer de Norvège (zone II), le CIEM estime qu’une augmentation du niveau de capture jusqu’à 13 103 tonnes est possible pour 2018 et 2019 (le niveau actuel des captures s’élève à 8 822 tonnes) aux vues de l’augmentation de la biomasse du stock depuis 2004.

Dans les eaux d’Islande (zone Va), la biomasse est en augmentation, suite à de très bons recrutements de juvéniles dans le stock de reproducteurs. Le niveau d’effort de pêche a baissé depuis 2008 pour atteindre le niveau du RMD (Rendement Maximum Durable). Le CIEM recommande un niveau de captures de 8 598 tonnes pour 2018 (9 769 tonnes capturées en 2016).

Dans les Féroé (zone Vb), la biomasse du stock augmente depuis 2003 et le stock est exploité modérément sans que les scientifiques ne puissent définir précisément le niveau de durabilité de référence. Ils recommandent donc de ne pas augmenter le niveau de captures actuel par approche de précaution (5 196 tonnes pour 2018 et 2019).

Dans les autres zones de l’Atlantique Nord-Est, la population semble en augmentation depuis 2003 et est exploité durablement. Le CIEM recommande néanmoins, pour 2018 et 2019, de réduire le niveau de captures actuel à 16 793 tonnes par approche de précaution (19 269 tonnes débarquées en 2016). En 2003, l’Union européenne, la Norvège et les Îles Féroé ont introduit un TAC commun sur la lingue franche. En 2018, le quota UE est établi à 12 696 tonnes, celui de la Norvège à 7 500 tonnes et celui des Îles Féroé à 200 tonnes. La France débarque 2 066 tonnes annuelles sur un quota disponible de 3 730 tonnes en 2018.

 

Gestion

La lingue franche fait l’objet d’une taille minimale de commercialisation de 63 cm au sein de l’Union européenne (alors que sa taille de première maturité sexuelle est de 90 cm).

 

Consommation

La lingue franche est commercialisée fraîche, sous forme de filet ou de darne. Le filet que l’on trouve plié sur l’étal du poissonnier, tant il est long, est celui de la lingue franche ou celui de la lingue bleue. Vendue sans peau, sa chair bien blanche et pauvre en arêtes est appréciée des amateurs de filets de poisson blanc.
Les oeufs de lingue franche sont très appréciés en Espagne, où ils sont vendus en rogue entière (« huevas de maruca »).

Aux Îles Shetland, le foie de lingue est considéré comme un mets délicat.

 

La Belgique débarque 53 tonnes de lingue franche et importe 102 tonnes de lingue (toutes espèces confondues) par an de Suède, Pays-Bas, France et Danemark.
La France importe 3 000 tonnes par an, de lingue franche et lingue bleue confondues, depuis le Royaume-Uni principalement.

 

La lingue franche se différencie de la lingue bleue par une longue barbiche et des nageoires aux bordures noires. La lingue bleue, quant à elle, possède une mâchoire supérieure plus large que la mâchoire inférieure. Vérifiez le nom latin à l’achat afin de bien différencier les deux espèces.

 

 

 

À RETENIR

  • La lingue franche est présentée sous forme de filet frais ou surgelé sans peau et avec peu d’arêtes.
  • Privilégiez les grands filets issus d’individus sexuellement matures (> 90 cm).
  • Les différents stocks de lingue franche en Atlantique Nord-Est sont exploités durablement, sa consommation peut être recommandée.
  • Deux pêcheries de lingue franche (islandaise et norvégienne) sont certifiées MSC.