Manuel Evrard | Guide des espèces

guidedesespeces.org/fr/manuel-evrard

Dernière mise à jour : juillet 2020

 

 

Manuel Evrard 

 

Directeur de l’OPN, l’Organisation  des Pêcheurs de Normandie

 

 

Ingénieur halieute de formation, originaire de Dieppe, Manuel EVRARD a passé une partie de sa vie professionnelle dans les régions ultra-marines de l’Atlantique et de l’Océan indien avant de revenir vers sa Normandie natale. Il dirige depuis maintenant 4 ans l’OPN, une organisation de producteurs qui fédère plus de 200 navires de pêche artisanale côtière, principalement répartis entre Granville et Honfleur. L’OPN a pour objectifs de gérer les captures et la mise en marché des ressources naturelles qu’exploitent leurs adhérents. Les enjeux sont de répartir au mieux, tout au long de l’année, les quotas de pêche qui leurs sont alloués annuellement par la Commission européenne et d’en optimiser la valeur marchande.

 

Dans le cadre de son Plan de Production et de Commercialisation, l’OPN met ainsi en place des règles de captures que les pêcheurs professionnels doivent respecter pour de nombreuses espèces : plafonds de captures par marée, à la semaine ou au mois, tailles minimales de mise en marché allant au-delà des prescriptions réglementaires… L’OPN intervient aussi sur la mise en marché des produits, en favorisant la bonne identification des espèces, en encourageant l’harmonisation des normes de commercialisation et en mettant en place pour ses adhérents des prix minimum d’intervention, destinés à stabiliser les cours.

 

Depuis plusieurs années, l’OPN s’appuie sur l’association Normandie Fraîcheur Mer (NFM), pour valoriser les poissons dits « bons plans » ; des espèces considérées « moins nobles » car moins demandées : tacaud, grondin rouge, dorade grise, plie, congre… L’objectif poursuivi est une prise de conscience des consommateurs et de la filière commerciale, que ces espèces sont un bon moyen pour eux de faire des économies et d’assurer la durabilité des ressources marines, tout en se régalant !

 

« Il y a nécessité de répartir la demande sur l’ensemble des espèces de l’écosystème, pour éviter de générer une surpêche sur les espèces trop convoitées ». Cette vision d’une consommation et d’une pêche équilibrée et supportable à l’échelle de l’écosystème est valable tout autant pour les espèces de raies et de petits requins relativement abondants dans les eaux normandes et qui présentent des évolutions de stocks plutôt favorables ces dernières années (raie bouclée, raie lisse, raie douce, petite roussette, émissole…).

 

« On est très loin des pratiques de fining (prélèvement des ailerons) qui conduisent à la raréfaction des grands requins. Les raies et les requins capturés en Normandie sont des espèces de petites tailles et à plus forte capacité de reproduction. Elles sont pêchées de manière régulée, avec le plus souvent l’application de quotas, et sont commercialisées sur le marché français pour la consommation de leur chair ». Conscient pour autant de la nécessité d’améliorer encore le suivi et l’encadrement de ces espèces reconnues comme sensibles, l’OPN et ses producteurs adhérents sont aujourd’hui engagés dans des programmes ambitieux, pour d’une part améliorer l’identification des espèces de raies (longtemps regroupées sous la seule appellation Raja spp.) et requins (à bord des bateaux, à la débarque en criée et au sein de la filière commerciale) et d’autre part améliorer la gestion de ces stocks. Avec d’autres partenaires de la filière, l’OPN initiera en 2020 un projet d’amélioration de pêcherie ou FIP (Fisheries Improvment Project) pour la raie bouclée, qui représente à elle seule 62 % des captures normandes de raies.

 

Pour Manuel EVRARD, « L’aboutissement à l’écolabel Pêche Durable MSC pour la raie bouclée pêchée en Manche-Est permettrait de démontrer les efforts entrepris par nos professionnels en faveur de la gestion des raies et requins et de légitimer pleinement la poursuite de leurs pratiques ! ».