Rouget barbet

Mullus surmuletus

Mullus barbatus

Pseudupeneus prayensis / Parupeneus spp.


guidedesespeces.org/fr/rouget-barbet
  • Atlantique Est : du sud de la Norvège aux eaux marocaines
  • Mer Méditerranée
  • Chalut de fond
  • Trémail
  • Filet droit

 


  • Nederlands
  • English
  • Français

Dernière mise à jour : juillet 2018

 

Plusieurs espèces de rouget barbet sont disponibles sur le marché. Parmi les espèces européennes, citons le rouget de vase (Mullus barbatus) et le rouget de roche (Mullus surmuletus). Ils se distinguent par la forme de leur museau : le rouget de roche présente un profil moins raide que le rouget de vase. De plus, le rouget de roche a des stries sur sa première nageoire dorsale contrairement à la couleur unie du rouget de vase.

 

Le rouget de roche (Mullus surmuletus) est présent du sud de la Norvège au Maroc et en Méditerranée.

Le rouget de vase (Mullus barbatus) a une diffusion plus méridionale et en Méditerranée, se faisant rare dans la Manche et dans la mer du Nord.

 

Ces deux espèces vivent proches du fond et peuvent atteindre 30 à 40 cm de long et 1 kg pour une longévité de 11 ans. En Atlantique, la première maturité sexuelle est atteinte vers 1 ou 2 ans, lorsqu’il mesure environ 17 cm pour le rouget de roche, quelques centimètres de moins pour le rouget de vase. En Méditerranée, la taille de la première maturité sexuelle pour les deux espèces est inférieure à celle de l’Atlantique de 1 à 2 cm.

 

Le rouget barbet (de roche et de vase) est très apprécié dans le Sud de l’Europe et trouve facilement acheteur sous les halles à marée (188 tonnes débarquées en 2016 en Méditerranée française).

 

La production française ne suffit pas pour satisfaire l’appétit des consommateurs qui apprécient fort ces espèces. Aussi, des poissons voisins sont importés, en particulier :

 

Le rouget (Parupeneus spp.) abondant dans tout le Pacifique Ouest et dans l’océan Indien.

Le rouget du Sénégal (Pseudupeneus prafiensis)

 

Le rouget est appelé « rouget barbet » en raison de la présence d’un double barbillon sur le menton. Ces deux barbillons lui permettent de détecter sur le fond, les petits organismes dont il se nourrit.

 

Aux Pays-Bas, le rouget barbet est appelé « roi des grondins ».

 

 

Stocks exploités

L’exploitation des rougets barbets par les pêcheurs du nord de la France remonte au début des années 90. Espèces accessoires dans les années 80, elles sont aujourd’hui devenues espèces cibles en raison de leur prix attractif. Aujourd’hui, les rougets représentent une part importante des captures multispécifiques (plusieurs espèces) de la flottille chalutière française.

 

L’état du stock du golfe de Gascogne du rouget de roche est difficile à évaluer en raison du manque de données. Le CIEM, suivant l’approche de précaution, recommande de limiter les débarquements à 1 600 tonnes annuelles. Cette espèce n’est pas soumise à quotas et on estime à 1 727 tonnes les débarquements en 2016.

Le stock de mer du Nord-Manche Est du rouget de roche est surexploité et la biomasse réduite. Le CIEM recommande des captures de 465 tonnes en 2018 (2 579 tonnes débarquées en 2016) et de mettre en place des mesures de protection des juvéniles et d’amélioration de la sélectivité des techniques de pêche.

En Méditerranée, la pression sur ces deux espèces (rouget de roche et rouget de vase) est forte et les stocks sont souvent pleinement exploités (Corse, Sardaigne, Baléares), ou surexploités (eaux espagnoles). Le rouget de vase du golfe du Lion est fortement surexploité avec cependant une biomasse importante et en hausse.

Les stocks sénégalais (Pseudupeneus prayensis), qui s’étendent de la Mauritanie au sud du Sénégal, sont pleinement exploités.

Les stocks du Pacifique de rougets (Parupeneus spilurus, Parupeneus heptacanthus) et autres Mullidae sont de grande importance économique et sont pleinement exploités.

Les stocks de l’océan Indien de Parupeneus indicus sont pleinement exploités sans risque de surexploitation.

 

Frais ou surgelé

La production française de rougets barbets varie annuellement de 2 000 à 5 000 tonnes selon les données officielles. Qu’ils soient de vase ou de roche, les rougets français sont principalement commercialisés entiers frais (2 425 tonnes débarquées en 2015). Le rouget du Sénégal (Pseudupeneus prayensis) est également acheminé vers l’Europe sous la forme de poisson entier frais. Le rouget des eaux du Pacifique Ouest (Parupeneus spilurus) et celui de l’océan Indien (Parupeneus indicus) entrent sur les marchés européens sous la forme de filet surgelé avec peau. Le rouget (Parupeneus heptacanthus) est essentiellement importé de Thaïlande. 

179 tonnes de Mullus surmuletus ont été débarquées par les pêcheurs belges en 2016.

 

 

À RETENIR

  • Les rougets barbets (de roche et de vase) provenant de Manche, mer du Nord et du golfe du Lion sont surexploités. Évitez ces provenances.
  • La consommation de rougets barbets (de roche et de vase) en provenance du golfe de Gascogne peut être recommandée avec modération (en raison du manque de données).
  • Les rougets barbets du Sénégal et du Pacifique sont exploités durablement. Leur consommation peut être recommandée.
  • Évitez d’acheter des rougets barbets de taille inférieure à 17 cm (soit 50 g).