Turbot

Scophthalmus maximus


guidedesespeces.org/fr/turbot
  • Atlantique Nord-Est, de la Norvège au Maroc
  • Mer Méditerranée
  • Mer Noire
  • Chalut de fond
  • Chalut à perche
  • Trémail
  • Bassin à terre

 


  • Nederlands
  • English
  • Français

Dernière mise à jour : juillet 2018

 

Le turbot vit sur les fonds sableux ou sur des gravières à des profondeurs de 10 à 250 mètres. Il se nourrit principalement de sprat, hareng, crabe et moule. Les jeunes individus vivent près des rivages ; lorsqu’ils sont plus âgés, ils gagnent le large. Vers 7 ans, quand ils mesurent près de 50 cm, les turbots fréquentent les fonds de 100 à 150 mètres. La femelle turbot devient sexuellement mature entre 3 et 5 ans, alors qu’elle mesure entre 47 et 54 cm dans le golfe de Gascogne. En Manche et mer du Nord, la taille de la première maturité sexuelle est de 35 cm pour le mâle, 42 cm pour la femelle. La période de reproduction a lieu entre mai et juin. Le poisson peut atteindre 1 mètre et peser jusqu’à 25 kg pour une longévité de 25 ans.

 

Un poisson d’exception 

Le turbot est principalement commercialisé frais, entier, en filet ou en pavé (tronçon vertical).

 

Il n’existe pas de taille réglementaire sur le turbot. Le pin’s « Poisson sauvage de qualité supérieure » n’est présent que sur les individus de plus de 1 kg.

 

Certaines organisations de pêcheurs en France, Belgique et Pays-Bas imposent à leurs membres le respect d’une taille minimale comprise entre 25 et 32 cm selon les cas.  

 

 

Pêché en mer froide

Les turbots sont principalement capturés par des chalutiers de fond ou des trémailleurs travaillant en Manche et en mer Celtique. Il sont également ciblés par les fileyeurs côtiers en juin et juillet. Roscoff, Brest et Le Guilvinec sont les principales criées où cette espèce est échangée entre pêcheurs et mareyeurs (entre 12 et 17 euros/kg).
La France importe de grandes quantités de turbots des Pays-Bas (mer du Nord) et du Danemark (mer Baltique) pêchés au trémail sélectif ciblant spécifiquement cette espèce (maille de 120 mm).

La Belgique pêche le turbot principalement en mer du Nord et Manche Est, à raison de 580 tonnes débarquées (en 2016). En complément, la Belgique importe 273 tonnes de turbot des Pays-Bas, d’Espagne et de France, 88 % sous forme fraîche et le reste sous forme surgelée.

 

Élevage

Depuis le début des années 90, l’élevage du turbot a pris de l’ampleur et aujourd’hui, cette source d’approvisionnement dépasse celle de la pêche. Il faut trois ans pour obtenir un turbot d’élevage de 1,2 kg. En Europe, l’Espagne est de loin le principal acteur de cette nouvelle activité, responsable de 66 % de la production européenne. La production se pratique dans des bassins basés à terre, alimentés par de l’eau de mer. En France, 75 % de la production de turbot d’élevage est certifiée Label Rouge (label de qualité). Au niveau mondial, le marché est dominé par la production asiatique.

 

État des stocks

Cette espèce est principalement une prise accessoire des pêcheries ciblant la plie et la sole. La réduction de ces pêcheries a entraîné une baisse des prises de turbot.

 

En mer du Nord, la décroissance du stock qui a débuté dans les années 80-90 se stabilise depuis 2005. Suite à la baisse de l’effort de pêche, le stock est désormais exploité durablement avec une biomasse reproductive en hausse depuis 2011. Pour 2018, le CIEM recommande une augmentation des tailles de maille afin d’assurer la survie des juvéniles. Le TAC européen appliqué conjointement sur le turbot et la barbue, sur la zone IIa (mer de Norvège) et IV (mer du Nord) est de 7 102 tonnes (pour 2018).

En mer Baltique, sans pouvoir qualifier précisément l’état du stock, les scientifiques estiment que la biomasse du turbot est stable depuis 2007.

Dans la zone Skagerrak-Kattegat, le niveau de biomasse varie d’une année à l’autre et est globalement plus élevé depuis 2005.

     

 

La cuisson de ce poisson a inspiré la création d’une poissonnière en forme de losange appelée turbotière. 

 

 

 

 

 

 

À RETENIR

  • Le goût délicat du turbot et sa rareté expliquent son prix de vente élevé. En raison de sa forte valeur marchande, cette espèce est ciblée par certains fileyeurs. L’effort de pêche ne doit pas être augmenté.
  • La production européenne dépasse les 15 000 tonnes, dont 65 % est issue de l’industrie aquacole.
  • La consommation de turbot sauvage peut être recommandée avec modération. Évitez le stock de mer du Nord actuellement surexploité. Donnez votre préférence aux pièces de plus de 42 cm en Manche, mer du Nord et 47 cm dans le golfe de Gascogne pour assurer que le poisson ait eu le temps de se reproduire.
  • Les produits d’élevage de qualité constituent une substitution avantageuse aux produits de pêche. Ils sont disponibles tout au long de l’année et peuvent être commercialisés dans des petites tailles sans porter atteinte à la ressource. Vérifiez les conditions de production avant l’achat de turbot d’élevage.

À SAVOIR

La barbue (Scophthalmus rhombus)

La barbue vit dans les eaux des côtes norvégiennes au nord, à celles du Maroc au sud ou de la Méditerranée. On la trouve principalement entre 5 et 50 mètres de profondeur. D’apparence très proche du turbot, elle s’en distingue par l’absence d’excroissance osseuse sur la face supérieure et par sa forme un peu plus ovale. Elle est capable de se camoufler dans le sable par mimétisme avec le milieu qui l’entoure. [En lire plus : Fiche du Barbue]

 

Autres poissons plats

Autres poissons plats sur nos marchés : En lire plus : Fiche des poissons plats