Merlan | Guide des espèces

Merlan

Merlangius merlangus


guidedesespeces.org/fr/merlan
  • Atlantique Nord-Est
  • Mer Méditerranée
  • Mer Noire
  • Chalut de fond
  • Filet
  • Ligne
  • Palangre
  • Senne de fond
  • Aucun élevage

 


Dernière mise à jour : janvier 2022

 

 

BIOLOGIE

  • FAMILLE : Gadidae.
  • TRAITS DISTINCTIFS : Corps allongé, mâchoire supérieure proéminente, tache noire à la base de la nageoire pectorale, ligne latérale foncée.
  • HABITAT : Espèce démersale qui vit près des fonds graveleux ou vaseux, entre 10 et 200 m de profondeur, (plus fréquente entre 30 et 100 m). Elle fréquente les eaux de l'Atlantique Nord-Est (du nord de la Norvège jusqu’au Portugal) de la Méditerranée et de la mer Noire.
  • ALIMENTATION : Mollusques, poissons et petits crabes.
  • MATURITÉ SEXUELLE : Manche, mer du Nord : 25 cm (2 ans). Méditerranée : 20 cm (2 ans). Golfe de Gascogne : 32 cm (2 ans). Mer Noir : 14,5 cm (femelle) ; 12,5 cm (mâle).
  • PÉRIODE DE FRAI : Principalement en hiver.
  • LONGÉVITÉ : 20 ans.

Le jeune merlan a l’habitude de se protéger de ses prédateurs en vivant à proximité des méduses et de leurs tentacules urticantes.

Merlan ou merlan bleu ?

Le merlan bleu (Micromesistius poutassou) possède trois nageoires dorsales bien séparées contrairement au merlan qui a trois nageoires dorsales continues.

Le merlan bleu en France est essentiellement utilisé pour la production de surimi. Les autres pays européens le transforment en farine utilisée en aliment d’élevage (sauf l’Espagne et le Portugal qui le consomment directement).

 

PÊCHE

Le merlan est en général capturé dans le cadre d’une pêche chalutière mixte (principalement en association avec le cabillaud, l’églefin et la plie) et il constitue aussi une prise habituelle des senneurs (senne écossaise). En France, il est également capturé à la ligne ou au filet, en pêche côtière et accessoirement dans le cadre de la pêche chalutière de langoustine. En Belgique, il est capturé comme prise accessoire du chalut à perche visant la plie et la sole.

La majorité des captures mondiales proviennent de la mer du Nord, de la Manche Est et de la mer Celtique, essentiellement en hiver, entre novembre et mars.

La flotte européenne représente 83  % des débarquements mondiaux de merlan (35 667 tonnes en 2018) ; la France a débarqué 8 826 tonnes et la Belgique 351 tonnes.

 

Le merlan est la deuxième espèce la plus importante (en termes de valeur) pêchée dans la mer Noire, après l’anchois.

 

Le merlan est aussi ciblé par les pêcheurs récréatifs. En Belgique, il représente l’espèce la plus pêchée par les plaisanciers, en termes de volume.

 

 

 

Sélectivité des engins de pêche

Des dispositifs permettant l’échappement des juvéniles sont en place pour les pêcheries de chalutiers depuis 2012 en mer Celtique et Manche (pannaux à maille carrées). Des mesures correctives visant à reconstituer le stock de merlan de la mer Celtique ont aussi été adoptées en 2020, incluant des limitations de pêche dans les zones 7.f-g et une partie des zones 7.h et 7.j, pour les chaluts et sennes de fond dont les captures sont constituées d’au moins 20 % d’églefin.

 

ÉTAT DES STOCKS

 

Stock reconstituable (ou en reconstitution)* :

  • Golfe de Gascogne et côtes Ibériques (sous-zone 27.8, division 27.9.a)

    • État de référence de la biomasse reproductive inconnu et par conséquent biomasse considérée comme dégradée (principe de précaution).
    • Taux d’exploitation estimé inférieur au niveau du RMD (2). Rejets : 30 % en 2018.
    • Avis scientifique pour 2021 (approche de précaution) : même limite de captures depuis 2019 (≤ 2 276 t)

 

Stock non dégradé mais surpêché :

  • Mer du Nord et Manche Est (sous-zone 27.4, division 27.7.d)
    • Biomasse reproductive en légère hausse, juste au-dessus du seuil de durabilité.
    • Taux d’exploitation légèrement supérieur au niveau du RMD. Rejets : 34 % en 2019.
    • Avis scientifique (approche au RMD) : limite de captures pour 2021 (≤ 26 304 t), en hausse par rapport à l’avis pour 2020.

 

Stock dégradé et surpêché:

  • Mer d’Irlande (division 27.7.a)
    • Stock dégradé et surpêché depuis plusieurs décennies. En 2019, les captures étaient estimées à 1 200 tonnes, essentiellement des prises accessoires, sous la taille règlementaire, dans le cadre de pêcheries ciblant la langoustine.
    • Rejets très importants : 88 % en 2019.
    • Avis scientifique (approche au RMD) : aucune capture recommandée depuis 2001.

 

Stock effondré :

  • Mer Celtique et Manche Ouest (divisions 27.7.b-c, divisions 27.7.e-k)
    • Biomasse reproductive inférieure au seuil d’effondrement depuis 2018.
    • Taux d’exploitation fluctuant et inférieur au niveau du RMD. Rejets en baisse (12 % en 2019).
    • Avis scientifique (plan de gestion) : limite de captures pour 2021 ( ≤ 5 261 t), en diminution par rapport à l’avis pour 2020.

 

Stock non classifié :

  • Skagerrak et Kattegat (division 27.3.a)
    • Manque de données pour cette zone.
    • Captures très faibles. Rejets très importants : 79 % en 2018.
    • Avis scientifique pour 2021 (approche de précaution) : même limite de captures depuis 2018 (≤ 400 t).

 

Stock non évalué :

  • Mer Méditerranée Mer Noire
    • État inconnu.

 

GESTION DES STOCKS

Atlantique Nord-Est

En plus des TAC (1) et des tailles minimales de capture, des plans de gestion existent pour le merlan des stocks suivants :

  • Ouest Écosse, mer d’Irlande 
    • Le « plan de gestion pluriannuel pour la pêche en eaux occidentales et les eaux adjacentes », approuvé par l’UE en 2019, s'applique également aux prises accessoires de merlan capturées dans les zones couvertes par ce plan.
  • Mer du Nord et Manche Est
    • Ce stock est inclus dans le « plan de gestion pluriannuel pour les stocks démersaux de la mer du Nord », approuvé par l’UE en 2018. Ce plan n’a pas été ratifié par la Norvège. Ce stock est couvert par deux TAC (un TAC pour la mer du Nord et un TAC pour la Manche Est, qui est intégré dans le TAC du stock mer Celtique et Manche Ouest).
  • Golfe de Gascogne et côtes Ibériques, mer Celtique et Manche Ouest 
    • Ce stock est inclus dans le «  plan de gestion pluriannuel pour la pêche en eaux occidentales et les eaux adjacentes  », approuvé par l’UE en 2019.

 

Stock mer d’Irlande et stock Ouest Écosse : des TAC sont établis pour le merlan capturé en tant que prise accessoire. Aucune pêche ciblée de merlan n’est autorisée dans ces zones

 

  • Mer Méditerranée
    • Le merlan, n’est pas soumis à un TAC. De plus, aucune taille minimale de capture n’est définie pour cette espèce dans cette zone.

 

Taille minimale de capture au sein de l’UE

  • Atlantique Nord-Est : 27 cm
  • Skagerrak-Kattegat : 23 cm

 

LES REJETS

 

Les navires de pêche européens rejettent une partie non négligeable des poissons, crustacés et mollusques qu’ils capturent, soit parce que ces prises ne sont pas ou plus autorisées (quota atteint), soit parce que ces animaux sont sous la taille légale de commercialisation, soit parce qu’ils n’ont, aux yeux des pêcheurs pas assez de valeur marchande, ou tout simplement parce qu’ils sont impropres à la consommation. 

 

[En lire plus]

 

CONSOMMATION

Le merlan est vendu principalement frais, entier et vidé ou en filet. Sa chair blanche et feuilletée a un goût délicat lorsque le poisson est très frais. Malheureusement, elle est assez fragile et se détériore rapidement lors des manipulations pendant et après capture.

 

MSC • Une pêcherie mixte écossaise est certifiée.

 

 


 

* Atlantique Nord-Est : CIEM 2020 Stock pour lequel le niveau d’exploitation (inférieur à celui permettant le RMD) devrait permettre sa reconstitution si d’autres impacts que la pêche (pollutions environnementales, changement climatique…) ne compromettent pas sa reconstitution.

 

(1) Total admissible de captures

(2) Rendement Maximal Durable

 

(a) Analyse faite pour l’année 2021.

(b) Analyse faite pour l’année 2020.

En raison du Brexit, les TAC pour 2021 pour les stocks partagés entre le Royaume-Uni et l’UE n’ont pas encore été fixés. Les TAC de 2020 ont été reconduits jusqu’au 31 juillet 2021, en attendant les accords de pêche entre l’UE et le Royaume-Uni. Mises à jour disponibles sur www.ethic-ocean.org

 

ÉLÉMENTS CLÉS

  • La majorité des captures de merlan proviennent de la mer du Nord, de la Manche Est et de la mer Celtique.
  • Entre 2004 et 2013, les rejets de merlan étaient très importants et avoisinaient en volume et poids les captures commercialisées et consommées.
  • Tous les stocks de merlan de l’Atlantique Nord-Est sont surpêchés et/ou dégradés, voir effondrés excepté celui du golfe de Gascogne et des côtes Ibériques (reconstituable) ainsi que celui de Skagerrak et Kattegat (non classifié).
  • En Méditerranée et en mer Noire, l’état des stocks de merlan est inconnu.

RECOMMANDATIONS D'ACHATS

 À consommer avec modération : stock Skagerrak et Kattegat, stock golfe de Gascogne et côtes Ibériques, stocks de Méditerranée et mer Noire.

 

➜ Privilégiez les individus ayant une taille > à 25 cm (Skagerrak et Kattegat), > à 32 cm (golfe de Gascogne et côtes Ibériques), > à 20 cm (Méditerranée), > à 14,5 cm (mer Noire), ayant eu le temps de se reproduire.

 

➜ Privilégiez les individus pêchés à la ligne.

 

À éviter : stock mer du Nord et Manche Est, stock mer d’Irlande, stock mer Celtique et Manche Ouest, stock Ouest Écosse.