Sole | Guide des espèces

Sole

Solea solea

Cynoglossus senegalensis


guidedesespeces.org/fr/sole
  • Atlantique Nord-Est
  • Mer Méditerranée
  • Mer Noire
  • Chalut à perche
  • Chalut de fond
  • Filet maillant
  • Trémail
  • Bassin à terre

 


Dernière mise à jour : janvier 2022

 

 

BIOLOGIE

  • FAMILLE : Soléidae.
  • TRAITS DISTINCTIFS : Corps ovale et aplati latéralement, yeux sur le côté droit, petite tache noire à l'extrémité de la nageoire pectorale.
  • HABITAT : Espèce benthique qui vit sur les fonds sableux ou vaseux, de la côte jusqu’à 130 m de profondeur en Atlantique Est (de la mer de Norvège aux eaux sénégalaises) en Méditerranée et en mer Noire.
  • ALIMENTATION : Crustacés, petits coquillages et vers.
  • MATURITÉ SEXUELLE : Manche, mer Celtique, mer du Nord : 27-30 cm (3-4 ans). Golfe de Gascogne : 24 cm (3 ans). Golfe du Lion : 30 cm (3-4 ans).
  • PÉRIODE DE FRAI : Manche Est, mer du Nord : printemps (zones côtières). Golfe de Gascogne : de janvier à mars (zones au large). Méditerranée : de décembre à mars (zones au large).
  • LONGÉVITÉ : 27 ans.

 

Plusieurs espèces commercialisées sont appelées « soles » :

 

la sole commune (Solea solea), appelée également « sole franche » ou encore « sole de Douvres », du nom du port anglais où elle était autrefois débarquée en grande quantité, est de loin la plus courante sur nos tables ;

la sole du Sénégal (Cynoglossus senegalensis) et autres « soles langues » telles que sont appelées les soles tropicales, nous viennent des eaux africaines (Maroc, Mauritanie, Sénégal) ;

la sole pole ou sole blonde (Pegusa lascaris) au corps ovale ;

la sole perdrix (Microchirus variegatus), au corps rayé de bandes sombres, est moins fréquente.

 

 

Poissons plats et période de frai

 

Pendant la période de frai, les femelles capturées sont grainées (les œufs n'ont pas eu le temps d'éclore en mer), la chair est molle et difficile à travailler. Ainsi, les pertes de matière sont importantes entraînant un gaspillage inutile et une faible valorisation économique.

 

PÊCHE

En Europe, la sole est capturée principalement au chalut à perche (Belgique, PaysBas), au chalut de fond et au filet maillant ou trémail (Normandie, golfe de Gascogne, sud de l’Angleterre). Sa forte valeur marchande en fait une source importante de revenu pour les pêcheurs qui l’exploitent.

La flotte européenne est responsable d’environ 78 % des débarquements mondiaux de sole commune (23 150 tonnes en 2018, dont 87 % en provenance de l'Atlantique Nord-Est).

Les débarquements français proviennent du stock du golfe de Gascogne et de la Manche Est et ceux de Belgique du stock de la Manche Est et du stock du canal de Bristol et de la mer Celtique septentrionale. Dans le golfe de Gascogne, la sole commune est pêchée toute l’année principalement par des fileyeurs, aussi bien au large (plus en hiver) que près de la côte (au printemps et à l'automne).

 

 

 

AQUACULTURE

La production de sole commune d’élevage au niveau mondiale est très faible (154 tonnes en 2018) et le Portugal en est le principal pays producteur.

 

ÉTAT DES STOCKS

 

Stock en bon état (non dégradé et non surpêché) :

  • Mer d’Irlande (division 27.7.a)
    • Biomasse reproductive en forte augmentation.
    • Taux d’exploitation faible.
    • Avis scientifique (approche au RMD (2)) : limite de captures pour 2021 (≤ 768 t), > à l’avis pour 2020.
  • Manche Est (division 27.7.d)
    • Biomasse reproductive en hausse depuis 2016.
    • Forte baisse du taux d’exploitation. Rejets : 19 % en 2019.
    • Avis scientifique (approche de précaution) : limite de captures pour 2021 (≤ 3 248 t), > à l’avis pour 2020.
  • Manche Ouest (division 27.7.e)
    • Biomasse reproductive en forte augmentation depuis 2009.
    • Taux d’exploitation compatible avec le niveau du RMD depuis 2008.
    • Avis scientifique (plan de gestion) : limite de captures au RMD pour 2021 (1 925 t), > à l’avis pour 2020.
  • Canal de Bristol et mer Celtique septentrionale (divisions 27.7.f-g)
    • Biomasse reproductive en forte augmentation depuis 2013.
    • Taux d’exploitation stable et légèrement inférieur au niveau du RMD depuis 2017.
    • Avis scientifique (plan de gestion) : limite de captures au RMD pour 2021 (1 413 t), < à l’avis pour 2020.
  • Skagerrak, Kattegat et ouest de la mer Baltique (sous-divisions 27.3.a.20-21, 27.3.c.22, 27.3.b. 23 et 27.3.d.24)
    • Forte augmentation de la biomasse reproductive en 2019.
    • Taux d’exploitation compatible avec le niveau du RMD depuis 2018.
    • Avis scientifique (plan de gestion) : limite de captures au RMD pour 2021 (596 t), > à l’avis pour 2020.

 

Stock non dégradé mais surpêché :

  • Nord et centre du golfe de Gascogne (divisions 27.8.a-b)
    • Biomasse reproductive fluctuante, légèrement supérieure au seuil de durabilité.
    • Taux d’exploitation légèrement supérieur au niveau du RMD et en augmentation.
    • Avis scientifique (plan de gestion) : limite de captures au RMD pour 2021 (3 483 t), < à l’avis pour 2020.

 

Stock dégradé et surpêché:

  • Mer du Nord (sous-zone 27.4)
    • Biomasse reproductive fluctuante autour du seuil d’effondrement depuis 2003.
    • Taux d’exploitation en forte baisse depuis 1999 mais toujours supérieur au niveau du RMD.
    • Avis scientifique (plan de gestion) : limite de captures au RMD pour 2021 (21 361 t), > à l’avis pour 2020.
  • Méditerranée : mer Adriatique Nord (sous-région 17, incluse dans la division 37.2.1)
    • Biomasse reproductive dégradée.
    • Taux d’exploitation légèrement supérieur au niveau du RMD.

 

Stock non classifié :

  • Irlande de l'Ouest (sous divisions 27.7.b-c)
    • Manque de données. Débarquements très faibles.
    • Avis scientifique (approche de précaution) : limite de captures pour 2021 (≤ 19 t), < à l’avis pour 2020.
  • Mer Celtique méridionale et sud-ouest de l'Irlande (sous divisions 27.7.h-k)
    • Manque de données. Débarquements plutôt stables depuis 2006.
    • Avis scientifique pour 2021 (approche de précaution) : même limite de captures que pour 2020 (≤ 213 t), < à l’avis pour 2019.
  • Sud du golfe de Gascogne et côtes Ibériques (divisions 27.8.c et 27.9.a)
    • Manque de données. Débarquements plutôt stables depuis 2010.
    • Avis scientifique (approche de précaution) : même limite de captures depuis 2018 (≤ 502 t).

 

Stock non évalué :

  • Autres stocks de la Méditerranée Stocks de la mer Noire
    • État inconnu.

 

En 2019, les rejets les plus élevés ont été enregistrés en Manche Est (19 % des captures).

 

GESTION DES STOCKS

Atlantique Nord-Est 

Les principales mesures de gestion des stocks de sole commune comprennent des TAC (1), une taille minimale de capture et une taille des mailles réglementée (au moins 80 mm ou 100 mm selon l’engin et la zone de pêche - à noter que les mailles de 80 mm entraînent des rejets importants de plie et cabillaud sous-taille).

Des plans de gestion pluriannuels existent pour les stocks suivants :

  • Stock mer du Nord, stock Skagerrak, Kattegat et ouest de la mer Baltique : stocks inclus dans le plan de gestion pluriannuel pour les stocks démersaux de la mer du Nord , approuvé par l’UE en 2018.
  • Stock Manche Est, stock Manche Ouest, stock canal de Bristol et mer Celtique septentrionale, stock mer Celtique méridionale et stock Sud-Ouest de l’Irlande, stock Nord et centre du golfe de Gascogne, stock Sud du golfe de Gascogne et côtes Ibériques : stocks inclus dans le plan de gestion pluriannuel pour la pêche en eaux occidentales et les eaux adjacentes , approuvé par l’UE en 2019.

 

Méditerranée 

Aucun TAC n’existe pour la sole commune. Un plan existe pour la sole commune de l'Adriatique depuis 2019.

 

 

TAC ET AVIS SCIENTIFIQUES

 

Stocks où les TAC suivent les avis scientifiques :

  • Nord et centre du golfe de Gascogne (a) 
  • Skagerrak, Kattegat et ouest de la mer Baltique (a) 
  • Mer du Nord (b) 
  • Mer d’Irlande (b) 
  • Manche Est (b) 
  • Manche Ouest (b) 
  • Canal de Bristol
  • Mer Celtique septentrionale (b)

 

Stocks où les TAC ne suivent pas les avis scientifiques :

  • Irlande de l'Ouest (a) 
  • Sud du golfe de Gascogne et côtes Ibériques* (a) 
  • Mer Celtique méridionale
  • Sud-ouest de l'Irlande (b)

 

 

Taille minimale de capture au sein de l’UE

  • Atlantique Nord-Est : 24 cm
  • Manche Est : 25 cm
  • Mer Méditerranée : 20 cm
  • Belgique : 25 cm (sauf en zone 4.c : 24 cm (réglementation nationale))

 

Dans le cadre de l’obligation de débarquement (obligation de débarquer les rejets), des exemptions existent pour certaines pêcheries de sole commune. Ainsi cette espèce peut être rejetée en mer si capturée sans être ciblée par les pêcheurs, car les taux de survie sont estimés élevés pour les rejets de cette espèce.

 

 

CONSOMMATION

La sole est principalement vendue fraîche, entière, en filet ou encore vidée, pelée et sans tête (« prête à cuire  ). Des filets sans peau sont également vendus surgelés. Les importations françaises et belges sont essentiellement composées de sole fraîche en provenance des Pays-Bas et du Royaume-Uni.

La sole fait partie des 15 premiers poissons frais achetés par les ménages français en 2019. C’est également un des 10 poissons les plus consommés en Belgique et plus particulièrement en Flandre.

 

 

 SOLE SAUVAGE

• MSC • Deux pêcheries de sole commune (une danoise et la pêcherie française FROM Nord) opérant en Atlantique Nord-Est sont certifiées.

 

 

En lire plus

Pour en apprendre plus sur la vie de la sole commune, rendez-vous sur le réseau social encyclopédique Fishipedia.

 

 

 

 

 

 

 


 

(1) Total admissible de captures

(2) Rendement Maximum Durable

 

(a) Analyse faite pour l’année 2021.

(b) Analyse faite pour l’année 2020.

En raison du Brexit, les TAC pour 2021 pour les stocks partagés entre le Royaume-Uni et l’UE n’ont pas encore été fixés. Les TAC de 2020 ont été reconduits jusqu’au 31 juillet 2021, en attendant les accords de pêche entre l’UE et le Royaume-Uni. Mises à jour disponibles sur www.ethic-ocean.org * TAC établi pour Solea spp.

 

ÉLÉMENTS CLÉS

  • La sole commune est l’espèce de sole la plus courante sur nos marchés.
  • Les soles pêchées dans la Manche, mer d’Irlande, canal de Bristol et mer Celtique septentrionale, Skagerrak, Kattegat et ouest de la mer Baltique sont en bon état. Les autres stocks connaissent des situations variables.
  • En Méditerranée, seul le stock de la mer Adriatique est évalué et il est en mauvais état.
  • La production de sole commune d’élevage est très faible.

RECOMMANDATIONS D'ACHATS

➜ SOLE COMMUNE SAUVAGE

  • À privilégier :

Stock mer d’Irlande, stock Manche Est, stock Manche Ouest, stock canal de Bristol et mer Celtique septentrionale, stock Skagerrak, Kattegat et ouest de la mer Baltique.

  • À consommer avec modération :

Stock Irlande de l'Ouest, stock mer Celtique méridionale et sud-ouest de l'Irlande, stock sud du golfe de Gascogne et côtes Ibériques, stocks de Méditerranée (sauf stock mer Adriatique qui est dégradé), stocks de la mer Noire.

  • Privilégiez

Les individus ayant une taille > à leur taille de maturité sexuelle, ou les grands filets issus d’individus matures ayant eu le temps de se reproduire.

  • À éviter :

Stock mer du Nord, stock mer Adriatique, stock nord et centre du golfe de Gascogne.

  • Évitez :

De consommer la sole pendant sa période de frai.

 

 

➜ SOLE COMMUNE D’ÉLEVAGE

  • Vérifiez les conditions de production avant tout achat.