Thon obèse | Guide des espèces

Thon obèse

Thunnus obesus


guidedesespeces.org/fr/thon-obese

Ceinture tropicale des trois océans

  • Pacifique
  • Atlantique
  • Indien 
  • Canne

  • Filet maillant

  • Ligne

  • Palangre

  • Senne

  •  Aucun élevage

 


Dernière mise à jour : janvier 2022

 

BIOLOGIE

  • FAMILLE : Scombridae.
  • TRAITS DISTINCTIFS : Corps robuste qui s’amincit à l’arrière, tête et yeux de grande dimension, nageoires dorsales et pectorales jaunâtre foncé, pinnules jaunes à bordure noire.
  • HABITAT : Espèce pélagique qui vit dans des eaux tropicales et subtropicales entre 15 et 30°C (températures de surface), jusqu’à 500 m de profondeur.
  • ALIMENTATION : Calamars, crustacés et poissons.
  • MATURITÉ SEXUELLE : Océan Atlantique : 100 cm LF (1) (3-4 ans). Océan indien : 100 cm LF (3 ans). Océan Pacifique : 103-135 cm LF (3 ans).
  • PÉRIODE DE FRAI : Océan Atlantique et Pacifique : tout au long de l’année avec des pics selon les zones. Océan Indien : de décembre à janvier et en juin dans la zone Est.
  • LONGÉVITÉ : > à 15 ans

 

Le thon obèse est l’une des plus grandes espèces de thonidés : il peut atteindre 2,30 m et 210 kg. Il présente une grande mobilité verticale et il nage dans des eaux plus profondes que les autres espèces de thons tropicaux.

 

PÊCHE

Les captures de thon obèse, aussi appelé « patudo », se réalisent essentiellement dans l’océan Pacifique (60 %), puis dans l'océan Indien (23 %) et l’océan Atlantique (17 %).

Le principal pays pêcheur de thon obèse au niveau mondial est l’Équateur (45 193 tonnes en 2018), qui exploite les stocks du Pacifique.

La flotte européenne représente 12,5 % des débarquements mondiaux (51 589 tonnes en 2018) ; la majorité de ses débarquements provenant de l’océan Indien (32 045 tonnes en 2018). L’Espagne est le principal pays pêcheur européen de thon obèse (37 230 tonnes en 2018. Ce tonnage ne serait que de 23 400 tonnes, la déclaration officielle inclut probablement des débarquements de thon albacore) devant la France (9 015 tonnes en 2018). La Belgique ne cible pas cette espèce.

Le thon obèse est principalement pêché à la senne coulissante en tant que prise accessoire (50 % des captures mondiales) et à la palangre comme espèce cible (40 % des captures mondiales). Les senneurs le capturent lorsqu’ils ciblent les bancs de thon listao, et dans une moindre mesure ceux de thon albacore. Les juvéniles de thon obèse se rassemblent souvent sous les DCP (2) et y sont capturés avant d’avoir atteint leur taille de maturité sexuelle (environ 80 % des prises par les senneurs sont réalisées sous DCP).

Quelle que soit la zone de pêche, le poids moyen des thons obèses pêchés à la palangre est largement supérieur au poids moyen des individus pêchés à la senne (respectivement 40 et 4 kg environ).

Par ailleurs, le poids moyen du thon obèse capturé en bancs libres dans l’Atlantique est plus de deux fois supérieur au poids moyen des spécimens capturés sous DCP. Depuis 1991, la majorité des individus de cette espèce sont capturés dans le cadre d’opérations associées à des DCP (60 % - 80 %).

 

 

 

La Polynésie française a débarqué 1 081 tonnes en 2018

 

ÉTAT DES STOCKS

 

 

Stock en bon état (non dégradé et non surpêché) :

  • Stock du Pacifique Centre-Ouest

    • Ce stock est estimé être exploité au niveau du RMD (8) (captures entre 140 000 et 150 000 t dans ces derniers années).

    • Une augmentation de la mortalité est enregistrée pour toutes les classes d’âge mais cette augmentation est plus rapide pour les juvéniles (en particulier depuis 1980 avec l’augmentation du nombre de senneurs).

    • Les scientifiques conseillent de mettre en place des mesures afin de réduire la mortalité des juvéniles.

 

Stock non dégradé mais surpêché :

  • Stock de l’Océan Indien  

    • Biomasse estimée supérieure au niveau durable.

    • Taux d’exploitation estimé supérieur au niveau du RMD. L’augmentation récente de la pression de pêche est liée à une augmentation des prises des senneurs. Les captures moyennes au cours des cinq dernières années ont été légèrement supérieures à celles compatibles avec le RMD (73 165 t capturées en 2019).

    • Selon les scientifiques, si le niveau de captures ne diminue pas, il y a un risque concret que la biomasse soit inférieure au niveau durable dès 2021.

  • Stock du Pacifique Est

    • Biomasse reproductive estimée juste au-dessus du seuil de durabilité.

    • Taux d’exploitation estimé supérieur au niveau du RMD. Il y a beaucoup d’incertitudes autour de l’estimation de la mortalité par pêche.

    • Selon les scientifiques, si aucune mesure n’est prise et si les recrutements restent à leur niveau moyen, la biomasse reproductive pourrait rapidement atteindre un niveau non durable.

    • Environ 86 000 t ont été capturées en 2018.

 

Stock dégradé et surpêché :

  • Stock de l’Atlantique
    • Ce stock est estimé dégradé et surpêché depuis 1996-1997.
    • Biomasse reproductive stable depuis quelques années.
    • Taux d’exploitation en augmentation et recrutements très variables.
    • Les scientifiques considèrent que les mesures actuelles ne sont pas suffisantes et conseillent de les renforcer afin de réduire la mortalité de juvéniles.
    • Dans ces dernières années, les captures (73 366 t en 2018) ont largement dépassé le TAC de 65 000 t.

 

GESTION DES STOCKS

Les stocks de thon obèse sont gérés par des Commissions internationales telles que la CICTA (3), la CTOI (4), la CCPOC (5) et la CITT (6). Des mesures spécifiques sont prises par les Commissions, dans leur zone de compétence :

 

Océan Atlantique

  • Définition d’un TAC (7) et de quotas (les captures dans ces dernières années ont systématiquement dépassé le TAC).
  • Limitation de la capacité de la flotte pour les palangriers et les senneurs de plus de 20 mètres de longueur.

 

Océan Indien

  • Déclaration des captures et de l'effort de pêche.
  • Enregistrement des navires actifs et autorisés.

 

Pacifique occidental et central

  • Limite de captures pour les palangriers de plusieurs pays (Chine, Corée du Sud, États-Unis, Indonésie, Japon, Taïwan et Union européenne) .
  • Limitation du nombre de senneurs congélateurs à senne coulissante, de plus de à 24 m et pêchant entre les parallèles 20 °N et 20 °S, au même niveau que celui de 2013 et limitation de leur effort de pêche (nombre maximal de jours de pêche autorisé/limites de captures).

 

Pacifique Est

  • Fermeture annuelle de pêche (72 jours en 2020), dans certaines zones spécifiques, pour les senneurs à senne coulissante de capacité supérieure à 182 tonnes et à tous les palangriers de plus de 24 mètres.
  • Limite de captures pour les palangriers de certains pays (Chine, Corée du Sud, États-Unis, Japon, Taiwan et Union européenne).
  • Fermeture de la pêche au Nord-Ouest des îles Galapagos (un mois par an) afin de protéger les juvéniles de thon obèse abondamment capturés dans ce secteur à cette période de l’année.

 

Taille minimale de capture : aucune

 

Les Commissions définissent aussi des restrictions sur le nombre de DCP et des périodes d’interdiction totales de DCP, dans certaines zones, afin de réduire la mortalité des juvéniles. Dans l’océan Atlantique, le moratoire régional saisonnier sur les DCP est bien appliqué mais peu efficace en raison de la poursuite de la pêche sous DCP en dehors des zones soumises à moratoire.

 

 

CONSOMMATION 

Le thon obèse est commercialisé en France principalement sous forme de conserve (la législation européenne n’impose pas de mentionner le nom de l’espèce de thon mise en boîte). Des conserveries traditionnelles sont implantées historiquement en Bretagne. Cette espèce est de plus en plus vendue en poissonnerie sous l’appellation « thon à chair rouge » en substitution du thon rouge. La France importe du thon obèse frais et réfrigéré principalement d’Espagne. Le thon obèse n’est pas très courant sur le marché belge. Le thon obèse adulte est très apprécié sur le marché du sashimi ce qui lui confère une forte valeur commerciale.

 

MSC • Neuf pêcheries de thon obèse, opérant dans le Pacifique, sont certifiées. La certification d’une pêcherie de thon du Pacifique fait l’objet de polémique car cette certification porte sur la pêche à la senne sur banc libre mais la même pêcherie capture également des thons sous DCP, les lots pouvant être mélangés.

 

 


 

(1) Longueur à la fourche

(2) Dispositif de concentration de poissons

(3) Commission internationale pour la conservation des thons de l'Atlantique (ICCAT en anglais)

(4) Commission des thons de l'océan Indien (IOTC en anglais)

(5) Commission des pêches du Pacifique occidental et central (WCPFC en anglais)

(6) Commission interaméricaine du thon tropical (IATT en anglais)

(7) Total admissible de captures

(8) Rendement Maximum Durable

 

 

ÉLÉMENTS CLÉS

  • Le thon obèse est une des plus grandes espèces de thonidés.

  • Le seul stock de thon obèse estimé en bon état est celui du Pacifique central et occidental ; les autres stocks sont soit estimés surpêchés (mais non dégradés), soit dégradés et surpêchés.

  • Dans les trois océans, la majorité des thons obèses sont capturés par les senneurs à l’aide de DCP.

  • Le poids moyen du thon obèse capturé en bancs libres est supérieur au poids moyen des individus capturés sous DCP.

  • La pêche sous DCP entraîne d’importantes prises accessoires d’espèces menacées et de juvéniles de thons.

  • Cette espèce ne fait pas l’objet de taille minimale de capture.

RECOMMANDATIONS D'ACHATS

À privilégier : stock du Pacifique occidental et central.

 

Privilégiez les individus ayant une LF > à 135 cm (stock occidental et central), ou les grandes longes/tranches issues d’individus matures ayant eu le temps de se reproduire.

 

À éviter : stock du Pacifique Est, stock de l'Atlantique, stock de l'océan Indien.

 

Évitez le thon obèse pêché sous DCP ; certaines pêcheries sont certifiées  FAD free  (sans DCP) et on retrouve cette appellation sur les boites de conserve.

 

Renseignez-vous sur l’origine du thon frais, surgelé, transformé ou en conserve avant tout achat.