Églefin | Guide des espèces

Églefin

Melanogrammus aeglefinus


guidedesespeces.org/fr/eglefin
  • Atlantique Nord-Est 

  • Atlantique Nord-Ouest

  • Chalut de fond
  • Filet
  • Palangre
  • Senne de fond
• Aucun élevage

 


Dernière mise à jour : janvier 2022

 

 

BIOLOGIE

  • FAMILLE : Gadidae.
  • TRAITS DISTINCTIFS : Corps fusiforme, dos gris argenté, ventre blanc et tache foncée au-dessous de la ligne latérale, petit barbillon sur la mâchoire inférieure.
  • HABITAT : Espèce démersale qui vit près des fonds rocheux, graveleux ou sableux entre 40 et 300 m de profondeur en Atlantique Nord-Est, de l’Islande au nord de la Norvège jusqu’au golfe de Gascogne, et en Atlantique Nord-Ouest.
  • ALIMENTATION : Crustacés, mollusques, annélides, échinodermes, vers et poissons.
  • MATURITÉ SEXUELLE : Atlantique Nord-Est : 46 cm (5 ans/femelle) ; 41 cm (4 ans/mâle). Plus précoce en mer du Nord (33 cm/3 ans/femelle ; 28 cm/2 ans/mâle).
  • PÉRIODE DE FRAI : De février à juin.
  • LONGÉVITÉ : 20 ans.

 

Capelans et églefins sont tous deux au menu des mammifères marins de l’Arctique. Plus les capelans seront abondants, plus l’églefin sera épargné par les phoques et les baleines.

 

 

L’églefin peut être confondu avec le merlan. Il s'en différencie par la position de sa tache noire et par la taille de son barbillon mentonnier.

 

 

 

PÊCHE 

L’églefin est une espèce pêchée toute l’année dans l’Atlantique Nord-Est et l’Atlantique NordOuest (respectivement 291 702 et 23 863 tonnes en 2018). Il est principalement capturé au chalut de fond.

La France est le pays pêcheur le plus important du stock de mer Celtique et Manche, en termes de tonnage, suivie par l’Irlande. Les flottilles belges ne ciblent pas cette espèce, mais échangent une grande partie de leur quota d’églefin contre d’autres espèces avec d‘autres pays de l’UE. En 2018, la France a débarqué 5 044 tonnes et la Belgique 122 tonnes.

 

 

 

 

Sélectivité des engins de pêche Des dispositifs permettant l’échappement des juvéniles sont en place sur les pêcheries de chalutiers depuis 1997 en mer de Barents et dans les eaux du Spitzberg (grille d’échappement) et depuis 2012 en mer Celtique et Manche (panneaux à maille carrées). Des mesures corrective visant à reconstituer les stocks de cabillaud et de merlan de la mer Celtique ont aussi été adoptées en 2020, incluant des limitations de pêche dans les zones 7.f-g et une partie des zones 7.h et 7.j, pour les chaluts et sennes de fond dont les captures sont constituées d’au moins 20 % d’églefin.

 

ÉTAT DES STOCKS

 

 

Stock en bon état (non dégradé et non surpêché) :

  • Mer du Nord, Ouest Écosse et Skagerrak (sous-zone 27.4, division 27.6.a et sous-division 27.3.a.20)
    • Biomasse reproductive supérieure au seuil de durabilité depuis 2002.
    • Taux d’exploitation juste en dessous du niveau du RMD (2). Rejets historiquement élevés notamment en Écosse, dans les pêcheries ciblant la langoustine. (15 % en 2019 : principalement des petits individus).
    • Avis scientifique (approche au RMD) : limite de captures pour 2021 (≤ 69 280 t), > à l’avis pour 2020.
  • Mer d’Irlande (division 27.7.a)
    • Biomasse reproductive largement au-dessus du seuil de durabilité depuis 2013.
    • Taux d’exploitation compatible avec l’objectif de durabilité. Rejets : 27 % en 2019.
    • Avis scientifique (plan de gestion) : limite de captures au RMD pour 2021 (3 371 t), > à l’avis pour 2020.

 

Stocks non dégradés mais surpêchés :

  • Nord-Est Arctique (mer de Barents et mer de Norvège : sous-zones 27.1 et 27.2)
    • Biomasse reproductive en forte baisse depuis le pic de 2015 mais très largement supérieure au seuil de durabilité.
    • Taux d’exploitation stable, légèrement supérieur au niveau du RMD depuis 2018.
    • Avis scientifique (plan de gestion) : limite de captures pour 2021 (≤ 232 537 t), > à l’avis pour 2020.
  • Mer Celtique et Manche (divisions 27.7.b-k)
    • Biomasse reproductive largement supérieure au seuil de durabilité depuis 2002.
    • Taux d’exploitation fluctuant, juste au-dessus du niveau permettant le RMD. Rejets importants (32 % en 2019) et composés d’une large proportion de poissons de tailles commercialisables (rejetés du fait de quotas limitants).
    • Avis scientifique (plan de gestion) : limite de captures au RMD pour 2021 (≤ 18 382 t), > à l’avis pour 2020.
  • Îles Féroé (division 27.5.b)
    • Biomasse reproductive largement au-dessus du seuil de durabilité.
    • Taux d’exploitation en hausse, supérieur au niveau du RMD.
    • Avis scientifique (approche au RMD) : limite de captures pour 2021 (≤ 11 440 t), < à l’avis pour 2020.
  • Rockall (division 27.6.b)
    • Biomasse reproductive largement supérieure au seuil de durabilité.
    • Taux d’exploitation en diminution, juste au-dessus du niveau permettant le RMD.
    • Avis scientifique (approche au RMD) : limite de captures pour 2021 (≤ 6 239 t), < à l’avis pour 2020.
  • Islande (division 27.5.a)
    • Biomasse reproductive supérieure au seuil de durabilité.
    • Taux d’exploitation en hausse depuis 2014, supérieur au niveau du RMD.
    • Avis scientifique (plan de gestion) : limite de captures pour 2021 (≤ 45 389 t), > à l’avis pour 2020. Pas d’avis du CIEM pour 2021 mais avis scientifique donné par l’institut islandais*.

 

GESTION DES STOCKS 

Atlantique Nord-Est

  • Les principales mesures de gestion des stocks d’églefin comprennent des TAC (1) et une taille minimale de capture. Des exceptions existent pour le stock des îles Féroé (aucun TAC n'a été fixé pour les eaux féringiennes depuis l'introduction d'un système de gestion de l'effort de pêche en 1996) et pour le stock d’Islande (maillage minimal fixé, mais pas de taille minimale de capture). Des plans de gestion existent pour les stocks suivants :
    • Nord-Est Arctique :
      • Plan mis en place en 2004 par la Norvège et la Russie. Ce plan a contribué à une forte réduction de la pêche illégale dans cette zone.
    • Mer du Nord, Ouest-Écosse et Skagerrak  :
      • Ce stock est inclus dans le « plan de gestion pluriannuel pour les stocks démersaux de la mer du Nord », approuvé par l’UE en 2018. Ce plan n’a pas été ratifié par la Norvège.
    • Stock Mer d’Irlande, stock mer Celtique et Manche, stock Rockall 
      • Ces trois stocks sont inclus dans le « plan de gestion pluriannuel pour la pêche en eaux occidentales et les eaux adjacentes », approuvé par l’UE en 2019.
    • Islande :
      • Plan mis en place en 2013.

 

Taille minimale de capture

  • Au sein de l’UE
    • Atlantique Nord-Est : 30 cm
    • Skagerrak-Kattegat : 27 cm
  • Autres
    • Norvège et Russie : 40 cm
    • Îles Féroé : 37 cm

 

TAC ET AVIS SCIENTIFIQUES

Stocks où les TAC suivent les avis scientifiques :

  • Nord-Est Arctique (a) - Islande (a) - Rockall (b) - mer d’Irlande (b)
  • Mer Celtique et Manche (b)
  • Mer du Nord, Ouest Écosse et Skagerrak (b)

Aucun TAC n’est fixé pour le stock des Iles Féroé depuis 1996.

 

 

CONSOMMATION 

L’églefin se trouve rarement vendu entier. Il est principalement commercialisé sous forme de filets frais ou surgelés. Il est également vendu sous forme de filets avec peau, fumé à froid. C’est lorsqu’il a subi cette transformation qu’il est appelé « haddock ». Le Royaume-Uni est de loin le premier consommateur d’églefin qui se dispute, avec le cabillaud, les faveurs des consommateurs de « Fish and chips ».

L’églefin fait partie des 15 premiers poissons frais consommés par les ménages en France. Les importations françaises sont essentiellement composées d’églefin frais en provenance de Norvège et Danemark. La Belgique importe depuis les Pays-Bas, le Danemark et la France.

 

 

MSC • Dix-huit pêcheries d’églefin opérant en Atlantique Nord sont certifiées (dont l’armement EURONOR et la Compagnie de Pêche de Saint-Malo).

 

 


 

* Marine and Freshwater Research Institute

 

(1) Total admissible de captures

(2) Rendement Maximal Durable

 

(a) Analyse faite pour l’année 2021.

(b) Analyse faite pour l’année 2020. En raison du Brexit, les TAC pour 2021 pour les stocks partagés entre le Royaume-Uni et l’UE n’ont pas encore été fixés. Les TAC de 2020 ont été reconduits jusqu’au 31 juillet 2021, en attendant les accords de pêches entre l’UE et le Royaume-Uni. Mises à jour disponibles sur www.ethic-ocean.org

 

 

ÉLÉMENTS CLÉS

  • L’églefin est exploité principalement au chalut de fond.
  • Le stock d’églefin de mer du Nord, Ouest-Écosse et Skagerrak ainsi que celui de la mer d’Irlande sont sains et exploités durablement.
  • Le stock Nord-Est Arctique, le stock mer Celtique et Manche et celui de Rockall sont très légèrement surpêchés mais leur biomasse reproductive est largement supérieure au seuil de durabilité.
  • Le stock des îles Féroé ainsi que le stock d’Islande ont une biomasse reproductive dans les limites de sécurité biologique mais sont surpêchés (avec des taux d'exploitation en augmentation).

 

RECOMMANDATIONS D'ACHATS

À privilégier : stock mer du Nord, Ouest Écosse et Skagerrak ainsi que le stock de la mer d’Irlande.

 

À consommer avec modération : stock Nord-Est Arctique, stock mer Celtique et Manche, stock Rockall.

 

Privilégiez les individus ayant une taille > à 33 cm (mer du Nord), > à 46 cm (toutes autres zones de provenance) ou les grands filets issus issus d’individus matures ayant eu le temps de se reproduire.

 

À éviter : stock des îles Féroé ainsi que le stock d’Islande.