Grenadier | Guide des espèces

Grenadier

Coryphaenoides rupestris

Macrourus berglax


guidedesespeces.org/fr/grenadier
  • Atlantique Nord
  • Chalut de fond
  • Chalut de fond en zone profonde (hors UE)
  • Palangre
  • Aucun élevage

 


Dernière mise à jour : janvier 2022

 

 

BIOLOGIE

Grenadier de roche (Coryphaenoides rupestris)

  • FAMILLE : Macrouridae.
  • TRAITS DISTINCTIFS : Corps effilé se terminant en pointe vers l’arrière, museau entièrement recouvert d’écailles.
  • HABITAT : Espèce bentho-pélagique qui vit entre 400 et 2 000 m de profondeur (plus fréquent entre 400 et 1 200 m) en Atlantique Nord-Est (de l’Islande et la Norvège au golfe de Gascogne), et en Atlantique Nord-Ouest au large de la Virginie.
  • ALIMENTATION : Céphalopodes, crustacés et petits poissons.
  • MATURITÉ SEXUELLE : 50 cm (14 ans/femelle) ; 40 cm (mâle).
  • PÉRIODE DE FRAI : Skagerrak : d’octobre à décembre. Golfe de Gascogne : de février à avril.
  • LONGÉVITÉ : 60 ans.

La morphologie du grenadier, avec un corps en pointe très effilé, lui vaut d’être appelé « queue de rat ». Son nom usuel « grenadier » lui viendrait de son introduction sur le marché français par le port de Boulogne-sur-Mer, ville où Napoléon réunit la Grande Armée, avec des régiments de grenadiers, en 1804. En anglais « blue grenadier » signifie hoki (Macruronus novaezelandiae), une autre espèce de grands fonds pêchée dans le sud du Pacifique.

 

Le nom « grenadier » regroupe les poissons de nombreuses espèces appartenant à la famille des macrouridae.

 

Autre espèces de grenadier commercialisée sur nos marchés :

 

  • GRENADIER BERGLAX (Macrourus berglax)
    • Appelé également grenadier gris.
    • Il est présent en Atlantique Nord-Est (du Groenland et du Nord de la Norvège jusqu’aux îles Féroé) et en Atlantique Nord-Ouest, entre 100 et 800 m de profondeur.
    • Maturité sexuelle : 54 cm (13-14 ans/femelle).

 

Le grenadier de roche et le grenadier berglax/gris se caractérisent par une grande fragilité biologique : ils ont une croissance lente, une maturité sexuelle tardive et un faible taux de fécondité.

 

PÊCHE 

L’exploitation industrielle du grenadier de roche a été initiée à la fin des années 60 par les Russes et les Allemands. Elle a été favorisée par la conjonction de la raréfaction d’espèces traditionnelles telles que le lieu noir, et de l’introduction d’innovations technologiques, avec notamment la mise au point de chaluts pouvant pêcher à de grandes profondeurs, l’utilisation de sonars sophistiqués et de cartes sous-marines très détaillées. Cette espèce a été exposée à une forte surexploitation jusqu’au début des années 2000. Cette forte pression de pêche sur une espèce de grande fragilité biologique a impacté profondément ses stocks.

La flotte européenne représente 97 % des débarquements mondiaux de grenadier de roche (1 563 tonnes en 2018) et la totalité des débarquements mondiaux de grenadier berglax/ gris (391 tonnes en 2018). La quasi-totalité des débarquements mondiaux proviennent de l’Atlantique Nord-Est. Le grenadier de roche et le grenadier berglax/gris sont capturés dans l’Atlantique Nord-Ouest en prises accessoires, dans le cadre de la pêche au flétan du Groenland.

 

Suite à une recommandation des scientifiques de 2015, aucune pêche ciblée de grenadier berglax/gris n’est autorisée dans l’UE.

 

Depuis janvier 2017, la pêche en eau profonde, au-delà de 800 mètres, est interdite dans les eaux européennes. Le niveau de captures du grenadier a ainsi chuté sensiblement cette dernière décennie.

 

 

 

ÉTAT DES STOCKS 

 

 

Stock non classifié :

  • Atlantique Nord-Est : Grenadier de roche (Coryphaenoides rupestris)
    • Atlantique Nord-Est et océan Arctique (sous-zones 27.1-2, 27.4, 27.8 et 27.9 division 27.14.a, sousdivisions 27.14.b.2 et 27.5.a.2)
    • Mer Celtique et Manche, eaux féringiennes et ouest de « Hatton Bank » (divisions 27.b et 27.12.b).
    • Atlantique Nord-Est et nord du « Reykjanes Ridge » (27.10.b et 27.12.c, sous-divisions 27.12.a.1, 27.14.b.1 et 27.5.a.1)
    • Skagerrak et Kattegat (division 27.3.a)
      • Données insuffisantes pour pouvoir classifier avec certitude ces stocks.
      • Le stock Skagerrak et Kattegat est considéré dans un état très préoccupant.
      • Les débarquements/captures en provenance des autres stocks sont faibles.
    • Avis scientifiques pour 2021 (approche de précaution) :
      • Stock Atlantique Nord-Est et océan Arctique : même limite de captures qu’en 2020 (≤ 131 t) et en augmentation par rapport à l’avis pour 2019.
      • Stock mer Celtique et Manche, îles Féroé et ouest de Hatton Bank : limite de captures (≤ 3 177 t) en diminution par rapport à l’avis pour 2020.
      • Stock Atlantique Nord-Est et nord du Reykjanes Ridge : même limite de captures qu’en 2020 (≤ 574 t) et en diminution par rapport à l’avis pour 2019.
      • Stock Skagerrak et Kattegat : pas de pêche ciblée recommandée et cela depuis 2015.
  • Atlantique Nord-Est : Grenadier berglax/gris (Macrourus berglax)
    • Peu de données sont disponibles sur l’état des stocks de cette espèce. Pas de pêche ciblée recommandée par les scientifiques depuis 2016 (CIEM 2020).
  • Atlantique Nord-Ouest
    • Les deux espèces ont été reconnues « espèces menacées » en 2008, par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.
    • En 2018, l’état de la population de grenadier berglax/gris a été réexaminé et a été jugé « non en péril ». Cette amélioration serait notamment due à la mise en œuvre du plan de gestion de la pêche au flétan du Groenland.

 

En 2015, l’UICN (2) a inclus officiellement le grenadier de roche parmi les animaux en danger critique d’extinction au niveau mondial et en danger d’extinction dans les eaux européennes en raison de sa surexploitation.

 

L’Union européenne a mis en place des mesures de conservation : [En lire plus]

 

Pêche en haute mer

Au niveau international, l’Assemblée Générale des Nations Unies a adopté, en 2006, une résolution (61/105) visant à protéger les écosystèmes marins de l’impact de la pêche en haute mer (non soumis aux règlements nationaux). [En lire plus]

 

GESTION DES STOCKS 

Atlantique Nord-Est

  • Atlantique Nord-Est Dans les eaux de l’UE, la pêche ciblée de grenadier de roche est soumise à des limites de captures mais aucune taille minimale de capture n’est fixée. Une interdiction de pêche du grenadier de roche est en vigueur dans la division 27.3.a (Skagerrak et Kattegat), où la population est particulièrement vulnérable.

  • Aucune pêche ciblée de grenadier berglax/ gris n’est autorisée. Depuis 2016, les prises accessoires de grenadier gris sont inclues dans le quota de grenadier de roche de chaque État membre et elles ne doivent pas dépasser 1 % de ce quota.
  • Les TAC (1) ont été revus à la baisse après les années 2000 pour limiter la surexploitation de ces espèces, mais ils restent toujours supérieurs aux recommandations scientifiques (au moins jusqu’en 2020)*. Les débarquements de ces deux espèces sont restés néanmoins largement inférieurs aux niveaux de captures recommandés par les scientifiques, mais les taux de rejets ne sont pas connus avec précision pour tous les stocks.

 

Atlantique Nord-Ouest

  • Atlantique Nord-Ouest Il n'y a pas de pêche ciblée de grenadier de roche et de grenadier berglax/gris dans les eaux canadiennes. Ces espèces sont capturées en prises accessoires dans le cadre d’autres pêcheries, essentiellement celle du flétan du Groenland. Les deux espèces de grenadier sont protégées indirectement par la réglementation sur les autres pêcheries (visant le flétan du Groenland et d’autres espèces) qui capturent les grenadiers comme prises accessoires.

 

 

 

CONSOMMATION 

Les filets de grenadier sont apparus sur le marché des poissons blancs (sous forme de filet frais ou congelé sans peau) dans les années 90, comme une alternative aux espèces traditionnelles qui souffraient de surexploitation (cabillaud, lieu noir, églefin). La visibilité du grenadier a décru progressivement sur les marchés européens depuis les années 2010 suite à la suspension de sa vente par certaines enseignes de la grande distribution engagées contre la pêche en eau profonde à partir de 2014, puis à l’interdiction de la pêche de grands fonds dans les eaux européennes (au-delà de 800 m) en 2017. Ce poisson n’est pas commercialisé en Belgique.

 

 


 

(1) Total admissible de captures

(2) Union internationale pour la conservation de la nature

 

* En raison du Brexit, les TAC pour 2021 pour les stocks partagés entre le Royaume-Uni et l’UE n’ont pas encore été fixés. Les TAC de 2020 ont été reconduits jusqu’au 31 juillet 2021, en attendant les accords de pêche entre l’UE et le Royaume-Uni.

Mises à jour disponibles sur www.ethic-ocean.org.

 

ÉLÉMENTS CLÉS

  • Le grenadier est caractérisé par une grande fragilité biologique, comme toutes les espèces de grands fonds.
  • Deux espèces de grenadier peuvent se retrouver sur nos marchés : le grenadier de roche et le grenadier berglax/gris.
  • L’état des stocks de ces deux espèces en Atlantique Nord-Est ne peut pas être défini avec précision (manque de données).
  • Le grenadier de roche est classé en danger critique au niveau mondial.
  • Le grenadier peut être pêché au chalut de fond, en zones profondes. Cette technique impacte les écosystèmes de grands fonds, qui sont très fragiles et encore largement méconnus. 
  • La pêche au chalut en eaux profondes est interdite au-delà de 800 m en Europe depuis 2016 (application en 2017), mais perdure au niveau international.

RECOMMANDATIONS D'ACHATS

➜ À éviter : tous stocks de grenadier de roche et de grenadier berglax/gris.