Thon Germon | Guide des espèces

Thon Germon

Thunnus Alalunga


guidedesespeces.org/fr/thon-germon
  • Mer Méditerranée
  • Océan Atlantique
  • Océan Indien
  • Océan Pacifique
  • Canne
  • Chalut pélagique
  • Ligne
  • Palangre
• Aucun élevage

 


Dernière mise à jour : janvier 2022

BIOLOGIE

  • FAMILLE : Scombridae.
  • TRAITS DISTINCTIFS : Corps fusiforme, dos bleu foncé métallique et ventre blanc argenté, première nageoire dorsale jaune vif, deuxième nageoire dorsale et nageoire anale jaune clair.
  • HABITAT : Espèce pélagique qui vit surtout en surface, descendant à plus de 200 m de profondeur dans les mers chaudes.
  • ALIMENTATION : Calamars, crustacés et poissons.
  • MATURITÉ SEXUELLE : 85 cm LF (1) (13 kg/4-5 ans).
  • PÉRIODE DE FRAI : Atlantique Nord : d’avril à septembre. Méditerranée : de juillet à septembre. Pacifique du Sud : de septembre à mai.
  • LONGÉVITÉ : 15 ans.

Le germon est l’une des plus petites espèces de thonidés. Il peut atteindre 40 kg et mesurer 1,30 m à l’âge adulte. Le thon germon est un thonidé grégaire vivant dans les eaux tempérées. Il est capable de parcourir de très grandes distances au cours de sa vie, surtout entre ses 2 et 5 ans. Les migrations de cette espèce sont parmi les plus longs déplacements réalisés par des poissons dans le monde. Le thon germon se distingue des autres thons par la grande taille de ses nageoires pectorales qui dépassent nettement la base de la deuxième nageoire dorsale. L’absence de rayures et de taches différencie aussi le germon des autres thonidés.

 

PÊCHE

Le thon germon, aussi appelé thon blanc, est l’une des espèces de thon les plus recherchées par la pêche industrielle (226 082 tonnes débarquées en 2018). Ses captures se réalisent essentiellement dans l’océan Pacifique (60 %), puis dans l'océan Atlantique (21 %) et l'océan Indien (18 %). Les captures sont très faibles en Méditerranée (1 %).

La principale source de thon germon approvisionnant le marché européen est celle provenant de l’Atlantique. Deux stocks sont identifiés dans l’Atlantique (Nord et Sud), séparés par le 5ème parallèle Nord.

La majorité des captures provient du stock Atlantique Nord. Ce stock est exploité par les pêcheurs de surface qui ciblent les juvéniles et les pré-adultes (50-90 cm LF) quand ils passent au large des côtes françaises et espagnoles (principalement dans le golfe de Gascogne), ainsi que dans les eaux des Açores. Cette pêche est menée par des chalutiers pélagiques français et irlandais, ainsi que par des ligneurs et des canneurs espagnols. Les métiers de la ligne représentent 68 % de la totalité des captures du germon, sur ce stock.

Le stock Atlantique Sud est principalement exploité par les palangriers asiatiques aux larges des côtes africaines, qui pêchent les germons adultes, au comportement plus pélagique. Les zones de pêche de ce stock s’étendent de l’Amérique du Sud à l’Afrique.

L’Espagne est le principal pays pêcheur de thon germon (16 946 tonnes en 2018, principalement en provenance du stock Atlantique Nord). La production française (9 228 tonnes en 2018, Polynésie française incluse) est extrêmement saisonnière, avec l’essentiel des débarquements enregistré entre les mois d’août et octobre ; les captures françaises proviennent essentiellement du stock Nord. Les pêcheries belges ne ciblent pas cette espèce.

 

 

La France a importé 38 2017 tonnes de thon en 2018  (toutes espèces confondues : 4 % frais principalement d’Espagne,  9 % congelé principalement de Corée du Sud et 85 % en conserve et longe principalement de l’ïle Maurice). La Belgique importe 21 500 tonnes de thon (toutes espèces confondues) par an, dont 83 % sous forme de conserve.

 

La France importe du thon germon pêché à Tahiti par une flottille  de petits palangriers qui exploite la zone économique des 200 milles de Polynésie française (Pacifique Sud). Ces navires sont soit équipés de tunnel de congélation, soit dotés de chambre froide  pour approvisionner le marché du frais


État des Stocks

 

Stock en bon état (non dégradé et non surpêché) :

  • Stock de l’Atlantique Nord  
    • Ce stock a fait l’objet d’une surpêche jusqu’au début des années 2000. Un programme de rétablissement a été mis en place en 2009 (mis à jour en 2011 et 2013).
    • En 2016, ce stock a été déclaré reconstitué et est estimé en bon état. Les captures peuvent être augmentées selon les scientifiques.

 

 

  • Stock de l’Atlantique Sud  
    • Biomasse en augmentation depuis le début des années 2000, quand le taux d’exploitation a commencé à baisser.
    • Les scientifiques estiment que le stock est en bon état et que les captures peuvent être augmentées.
  • Stock de Méditerranée  
    • La dernière évaluation a montré que l’état de ce stock est très incertain à cause du manque des données fiables sur la biomasse reproductive et le taux d’exploitation. Malgré cela, ce stock semble être exploité durablement.
    • La CICTA n’autorise aucune augmentation de captures ni de l’effort de pêche tant que les scientifiques n’ont pas fourni d’avis plus précis.
  •  Stock du Pacifique Sud  
    • Ce stock est estimé en bon état avec un taux d’exploitation largement inférieur au niveau du RMD (8).
  • Stock du Pacifique Nord
    • Ce stock est estimé en bon état.
    • Des incertitudes autour de cette analyse subsistent en raison du manque de données sur la biologie de la population (structure par âge et par sexe), et sur la distribution des individus.

 

Stock dégradé et surpêché :

  • Stock de l’océan Indien
    • Biomasse reproductive supérieure au niveau durable.
    • Taux d’exploitation estimé légèrement supérieur au niveau du RMD.
    • Les scientifiques recommandent la baisse des captures (sur base de l’approche de précaution). L'évaluation est très incertaine du fait du peu de recherches sur ce stock et du manque de données sur les captures de certains pêcheries importantes (Indonésie).

 

En 2018, la Belgique a importé 64,3 tonnes de thon blanc  (dont 50 % depuis la France) : 30,5 tonnes sous forme fraîche  et réfrigérée, 2 tonnes sous forme congelée.

 

GESTION DES STOCKS 

La gestion des stocks de thon germon est sous la juridiction de plusieurs Commissions internationales de gestion telles que la CICTA (2), la CTOI (3), la CCPOC (4) et la CITT (5).

Des mesures spécifiques sont prises par ces Commissions, dans leur zone de compétence et incluent des limitations du nombre de navire et de l’effort de pêche.

 

Atlantique

  • La CICTA établit des TAC (6) pour une durée de 3 ans, sur base des avis scientifiques. Dans l’Atlantique Nord, les captures de 2019 ont été supérieures au TAC. Dans les océans Indien et Pacifique, relevant des Commissions CTOI, CCPOC et CITT, aucun TAC n’est établi.

 

Méditerranée

  • La pêche de thon germon est interdite aux palangriers du 1er octobre au 30 novembre inclus afin de protéger les juvéniles d’espadon, qui représentent des prises accessoires de cette pêcherie. De plus, une liste des navires autorisés à cibler le germon de la Méditerranée a été publiée en 2017. Dans le Pacifique, la gestion de cette espèce est très complexe car le stock Pacifique Sud et le stock Pacifique Nord sont gérés par deux Commissions distinctes (CCPOC et CITT). De plus, la gestion du stock Nord est en fait réalisée par un Comité scientifique international (CSI (7)).

 

Poids minimum de débarquements (au sein de l’UE) en Atlantique Nord-Est : 2 kg. Tous les thons germon débarqués par les pêcheries de l'UE sont immatures.

 

La législation européenne n’impose pas de mentionner  le nom de l’espèce de thon mise en boîte.

 

 

Le thon, c’est bon, et le thon blanc, c’est excellent !

Ce slogan des années 80 invitait les consommateurs français à manger plus de thon, notamment plus de germon frais en été. L’armement des navires en chalutiers pélagiques a fait suite à l’abandon de la canne et du filet maillant dérivant. La qualité du thon pêché au chalut pélagique est nettement insuffisante (le poisson est écrasé dans le cul de chalut) pour répondre aux exigences du marché du frais.

Très souvent, l’inadéquation entre les produits débarqués (volumes trop importants de poissons très abîmés) et les besoins du marché entraînent une chute des prix à la première vente (criée) et le retrait du produit du marché du frais. Parallèlement, la forte demande de thon frais de qualité fait appel aux produits d’importation. Aujourd’hui, une grande partie du thon germon débarqué en France métropolitaine est destinée aux conserveries espagnoles et, dans une moindre mesure, françaises.

 

La toute première pêcherie thonière à avoir reçu la certification  pêche durable du MSC en 2007, est celle exploitée par une association de pêcheurs artisanaux de germon à la canne, opérant au large de San Diego en Californie.Depuis, dix autres pêcheries de thon germon ont rejoint cette certification. 

 

 

CONSOMMATION

Le thon germon est commercialisé en conserve, en longe fraîche (prête à être dégustée crue en sushi ou à être cuite), fumé sans peau ou bien en tranche. La France importe du thon germon frais d’Irlande et congelé d’Afrique du Sud. La Belgique importe du thon germon frais de France et congelé en provenance des Pays-Bas.

Le traitement au monoxyde de carbone confère au thon une couleur dense et maintient l’aspect visuel des longes traitées en masquant son altération chimique. Ainsi, un filet altéré par le temps peut paraître frais mais se révéler dangereux pour le consommateur car toxique. Ce procédé de conservation est interdit dans l’espace communautaire depuis 2004, mais une certaine vigilance est nécessaire.

 

 

 • MSC • Dix-sept pêcheries de thon germon sont certifiées : quinze opérant dans le Pacifique et deux dans l’Atlantique. Une pêcherie de Tahiti, composée de petits palangriers et exploitant la zone économique des 200 miles de Polynésie française (Pacifique central), est certifiée depuis 2018.

 

 


 

(1) Longueur à la fourche

(2) Commission internationale pour la conservation des thons de l'Atlantique (ICCAT en anglais)

(3) Commission des thons de l'océan Indien (IOTC en anglais)

(4) Commission des pêches du Pacifique occidental et central (WCPFC en anglais)

(5) Commission interaméricaine du thon tropical (IATT en anglais)

(6) Total admissible de captures

(7) Comité scientifique international des thonidés et des espèces similaires dans l’océan Pacifique Nord (ISC en anglais)

(8) Rendement Maximum Durable

ÉLÉMENTS CLÉS

  • Le thon germon est une espèce très appréciée sur le marché français.
  • Les différents stocks de thon germon sont estimés être exploités à des niveaux durables, excepté celui de l’océan Indien.
  • Le stock de Méditerranée est estimé en bon état mais présente beaucoup d’incertitudes au niveau des données disponibles.
  • Des limites de capture sont établies seulement pour les stocks de l’Atlantique et pour celui de la Méditerranée. En 2019, les captures en Atlantique Nord ont dépassé le TAC.
  • Les autres stocks présentent de faibles mesures de gestion.
  • Une grande différence existe entre le poids de commercialisation (au sein de l’UE) et le poids à maturité sexuelle.

RECOMMANDATIONS D'ACHATS

➜ À privilégier : stock de l’Atlantique Sud.

 

À consommer avec modération : stock de l’Atlantique Nord (stock estimé en bon état, mais captures réelles supérieures au TAC), stock de la Méditerranée, stock du Pacifique Sud, stock du Pacifique Nord (stocks estimés en bon état mais mesures de gestion faibles).

 

Privilégiez les individus ayant un poids > à 13 kg (ou une longueur à la fourche > à 85 cm), ou les grandes longes/tranches issues d’individus matures ayant eu le temps de se reproduire.

 

À éviter : stock de l’océan Indien.

 

Renseignez-vous sur sur l’origine du thon frais, surgelé, transformé ou en conserve avant tout achat.